112ème Conférence internationale du travail : Jocelyn Louis NGOMA pointe le manque de préparation de la délégation gabonaise

0 7

Jocelyn Louis NGOMA, le leader de la FETRAG, a fait part de ses regrets après la participation de la délégation gabonaise à la 112ème Conférence internationale du Travail, expliquant qu’elle a manqué de préparation.

A l’occasion de la tenue de la 112ème Conférence Internationale du Travail, organisée du 3 au 14 juin 2024 à Genève (Suisse), Jocelyn Louis NGOMA, a participé aux travaux de cette importante conférence au sein de la délégation gabonaise.

Selon le responsable de la FETRAG, « l’impréparation » a miné la représentation gabonaise à cette grande rencontre. « Des travaux préliminaires auraient dû être menés en amont au niveau de Libreville, afin d’organiser les équipes de façon transparente pour intégrer la plate-forme internationale représentée par l’ensemble des groupes travailleurs, employeurs et gouvernement. Malheureusement, nous avons constaté ici pour le regretter que les travailleurs gabonais n’ont fait aucun travail au préalable, ce qui signifie que nous avons été contraint à être de simples observateurs », a-t-il déploré.

Un manque de préparation particulièrement pénalisant au regard du poids de cette rencontre mondiale. « Nous avons capitalisé notre présence en prenant des notes pour rédiger un rapport à la fin de cette conférence, afin qu’un cahier de charges soit rédigé et des recommandations à l’endroit du gouvernement pour que l’année prochaine, les travailleurs soient véritablement représentés avec des objectifs précis », a expliqué le syndicaliste.

HeaderBanner

Jocelyn Louis NGOMA, a souligné la nécessité pour le Ministère du Travail d’organiser des élections professionnelles pour que l’Etat ne dépense plus des sommes énormes pour financer le déplacement des travailleurs dans le cadre de cette conférence de portée internationale.

Rappelons que la Conférence Internationale du Travail, qui se tient chaque année à Genève (Suisse) au mois de juin, élabore et adopte des normes internationales du travail et adopte des résolutions qui contribuent à orienter la politique générale de l’Organisation Internationale du Travail (OIT).

Outre les points permanents, l’ordre du jour de la Conférence de cette année contenait des points d’une importance particulière, notamment (1) une discussion normative sur la protection contre les risques biologiques (première discussion), (2) une discussion récurrente sur l’objectif stratégique des principes et droits fondamentaux au travail et (3) une discussion générale sur le travail décent et l’économie de soins.

Au cours de la deuxième semaine de la Conférence, un événement de haut niveau a eu lieu, réunissant les mandants tripartites de l’OIT, les organisations internationales et d’autres parties prenantes concernées.
Une réunion de travail entre la délégation gabonaise ayant pris part à ces travaux avec les travailleurs devrait avoir lieu pour élaborer le cahier de charges qui servira de base pour la prochaine session qui se tiendra en 2025.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.