CNSS/Situation des paiements de salaires : quand le Directeur Général fait une sortie de piste.

0 544

D’abord englué dans les malversations financières pour avoir hypothéqué un patrimoine à un montant de plus de 1 milliard appartenant à la CNSS, le directeur général continue à s’illustrer en petit garçon qui ne reconnait jamais qu’il a tort, mais continu dans ses bourdes. Et récemment, une note de service de l’ancien directeur général de la CNSS, Nicole Assele, modifiant les dispositions de l’article 15 du règlement intérieur de la CNSS, a été mal interprétée par la direction générale.

En effet, l’ancien directeur général de la CNSS, Nicole Assele, avait sorti une note de service, informant les agents de la Caisse de la modification des dispositions de l’article 15 du règlement intérieur, qui stipule que : « l’employeur est tenu dans la mesure du possible de verser les salaires au plus tard le 25 de chaque mois, par virement bancaire, chèque, ou en espèces à la caisse nationale de sécurité sociale« . Donc les salaires doivent être payés au plus tard le 25 du mois. Dans le cas contraire, le 20 du mois. Sur demande exceptionnelle, les acomptes peuvent êtres versées, selon les modalités précisées par la note de service

Toute chose que le directeur général actuel refuse d’admettre. Pourtant, entouré des conseillers juridiques. Aussi, voudrait-il faire croire aux agents, en utilisant une note de service d’un de ses prédécesseurs, qu’il a le droit de payer les agents après 40 jours au lieu de 30 comme prévu par la loi ?

A quoi lui sert alors tout un service juridique, s’il est toujours en porte en faut avec les dispositions qui régissent le bon fonctionnement de l’institution ? Et que d’entendre se le dire  » c’est n’est jamais de sa faute, c’est toujours celle des autres ». Finalement, qui est réellement le directeur général ? Est-il pour ou contre une amélioration des conditions de vie des agents de la CNSS ?

HeaderBanner

On doute fort, car pour le directeur général, la date habituelle du 20, a été modifiée et repoussée au 25. Ce qui pour lui, une application des dispositions de l’article 182 du code du travail, lui donnant l’attitude de payer au plus tard le 30 du mois. Entre nous, à qui profite la rallonge des 5 jours après le 25 ? Si ce n’est celui de s’empiffrer à travers les taux d’intérêts de dépôt bancaire.

Une interprétation totalement erronée. Cette façon de faire, traduit à n’en point une magouille, afin de gagner du temps et de l’argent sur le dos des agents. Ceci pour dire, qu’on a une double situation. Soit nous avons affaire à des génies de l’ignorance, ou à des magouilleurs qui par tous les moyens essaient de tout faire pour en tirer profit.

En plus, au lieu de signer sa propre note de service, il voudrait faire croire a l’opinion que c’est pas une décision qui émane de lui. Comme c’est dommage !

Au moment où le Président de la République, Chef de L’Etat, Ali Bongo Ondimba attend de ses collaborateurs des résultats probants, Patrick Ossi Onkori a jugé bon de paralyser la CNSS. Autant même dire, que jamais la CNSS n’a broyé du noir à ce point.

la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.