Politique-PDG/ »Le rendez-vous du militant » : La montée en puissance de Steeve Nzégho Diéko pour 2023

0 216

« Quand le Parti démocratique gabonais tonne, l’opposition tremble ». En effet, cent jours après sa prise de fonction à la tête de la première force politique du Gabon, le nouveau Secrétaire général du PDG, Steeve Nzégho Diéko, a véritablement démontré sa montée en puissance dans la perspective de 2023, à travers le lancement, le week-end dernier, du « rendez-vous du militant » qui lui a conduit dans les arrondissements de Libreville et les communes d’Owendo et Akanda.

La feuille de route instruite par le Distingué Camarade Président, Ali Bongo Ondimba, au nouvel exécutif du parti au pouvoir à pour objectif d’entretenir le contact permanent, franc et direct entre l’exécutif local et le Secrétariat général. Être à l’écoute de la base pour témoigner et réaffirmer l’ancrage et l’enracinement durable sur le terrain de la première force politique du pays. Lever les barrières qui pendant longtemps ont été un frein au rayonnement du Parti démocratique gabonais dans certaines circonscriptions politiques. Dont le jeu de la duplicité adoubé pendant des années par certains militants et hauts responsables du parti au pouvoir.

L’objectif de Steeve Nzégho Diéko et son équipe est de faire en sorte que ces mentalités et pratiques anciennes changent au sein du parti pour assurer la victoire d’Ali Bongo Ondimba en 2023. D’où l’appel au sens de la responsabilité collective et de l’engagement de tous. Depuis la première sortie politique du Secrétariat exécutif du Parti démocratique gabonais, qui a instauré une nouvelle méthode d’approche avec la base, dans les arrondissements de Libreville et dans les communes d’Owendo et Akanda, le camp de l’opposition adepte de l’instrumentalisation et de la manipulation des consciences est en émoi.

HeaderBanner

Rompue à un discours démagogique, espérance d’une désillusion chronique et collective, l’opposition est passée maitre dans l’art de la théorie de la division et la pratique de la haine véhiculée à l’égard du pouvoir. Toute chose qui traduit en réalité l’absence, selon certains observateurs, d’un programme politique cohérent au sein de l’opposition pour faire adhérer les populations gabonaises à une idéologie désuète.

Depuis 1990, le constat de l’absence dans le pays d’une opposition responsable est des plus indescriptible. Les principaux concernés ou ce qui en aient lieux d’être considérés comme étant, se complaisent à la dénonciation des abus de pouvoir ou encore des attaques contre certains compatriotes proches des arcanes. Alors que ces « opposants » identifiés, sont aussi en partie, comptables de la situation qu’ils dénoncent à leur gré. Une démagogie politique avérée pour bernée le peuple gabonais depuis trois décennies.

Steeve Nzégho Diéko a donc conscience des attentes des militants et des défis à surmonter pour atteindre les objectifs assignés par le Distingué Camarade Président, Ali Bongo Ondimba. En dépit des clivages politiques internes dont le Secrétaire général en a fait son principal cheval de bataille dans les circonscriptions. La discipline rien que la discipline reste la valeur fondamentale du PDG pour parvenir à la matérialisation de tous ces défis. Tous ceux des militants ou responsables qui ne s’aligneront pas à la nouvelle dynamique impulsée par Ali Bongo Ondimba et mise en par Steeve Nzégho Diéko seront simplement « viré« , a marteler le Secrétaire général pour mettre en garde les militants qui naviguent à contre-courant.

Thierry Mocktar

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.