Présidentielle 2023 : Quand l’ivresse de l’absurdité gagne les rangs

0 173

Il est bien vrai que le ridicule sied parfois à une certaine catégorie de personnes. Surtout quand ces individus se trouvent obsédés par la haine. Certains acteurs politiques qui revendiquent leur appartenance à un bord que l’on attribue le vocable de « contestataire »du pouvoir, on cru nécessaire de pousser plus loin leurs baluchons, en envoyant une meute en guenille s’en prendre à cœur joie sur la candidature du président Ali Bongo Ondimba à l’élection de 2023.

On ne sait pas trop pourquoi une telle intensité d’acharnement. Quand on sait aussi qu’il est de notoriété publique que les commanditaires de cette opposition sont des accrocs déviationnistes des faits troubles. Tant depuis leur passage aux affaires et à leur sortie dont la gestion laisse, toutefois, à désirer.

Surtout qu’ils assument avec un « honneur » éhonté cet apocalypse dont ils sont si fiers. Car, tellement buté par leurs illusions qu’ils estiment pouvoir continuellement dupé le peuple par des ragots de rue dans leurs différents prétoires en prétextant le contraire sur la candidature d’Ali Bongo Ondimba en 2023. Alors que le peuple n’attend plus que cette manifestation d’intérêt de l’appel clamé dans les quatre coins du pays.

HeaderBanner

Pourquoi l’opposition gabonaise tant à se focaliser sur un débat qui n’a pas lieu d’être, quand on sait que l’actuel chef de l’État entend répondre favorablement à la clameur des populations à son égard, s’interroge un ancien cadre de la Coalition pour la nouvelle république (CNR) – frange de l’opposition acquise à la cause de Jean Ping.
Qui, poursuit-t-il ? « Cette opposition est nostalgique d’un passé, quoi que sombre pour le pays, mais dans lequel certains ont exceller dans les déviances de tout ordre« .

En effet, ces prétendus contestataires du pouvoir fait une obsession felonique sur la candidature d’Ali Bongo Ondimba. Mais surtout sur les proches et collaborateurs fidèles du Président de la République. Qui sont noirci dans certaines colonnes de presse à la solde. Et sur qui on en a fait un programme politique. Tout simplement parce que ces compatriotes ont eu le mérite d’avoir bénéficier de la confiance du chef de l’État, indiquent certaines sources proches de cette même opposition qui s’évertue dans le deviationnisme perpétuel.

Ceux des compatriotes qui n’ont pas voulu, eux aussi, s’assombrir dans la négativité ont tôt fait de prendre la poudre d’escampette pour ne pas se reconnaître dans un discours politique où l’on verse dans la fixation de personnes en lieu et place d’un projet de société. Et d’aucuns de dire que le « ridicule sied a une certaine catégorie d’individus qui prennent malin plaisir dans l’espièglerie parce qu’on leur aurait « arraché » de la bouche la pitance. Et là où le bas blesse, c’est quand on est tenté de ternir l’image des compatriotes en les présentant comme des fossoyeurs des deniers publics. Alors que l’histoire du pays connaît une autre facette des faits réels. Ouvrir ce dossier équivaudrait à remuer le couteau dans la plaie.

Thierry Mocktar

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.