Bakoumba/ANPN : Démentellement d’un réseau de trafiquants illégaux d’or

0 52

Une mission conjointe des services de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) en collaboration avec les éléments de la Direction générale des contre-ingérences et de la sécurité militaire (DGCISM-B2) ainsi que la Gendarmerie nationale du Gabon, dans le cadre de la sécurisation des aires protégées et de l’intégrité territoriale, menée dans le département de Lékoko, à quelques encablures de la ville de Bakoumba, au Sud-est du pays, a permis de démanteler un réseau important, lourdement armée, de trafiquants illégaux d’or à l’intérieur d’un permis forestier attribué par le gouvernement gabonais à une entreprise locale.

Excédés par les multiples intrusions récurrentes des trafiquants dans son site d’exploitation, et dont la présence constituait un danger permanent pour son personnel, la direction de l’entreprise a saisie les autorités locales de la province du Haut-Ogooué, indiquent des sources autorisées.

Dans ce qui apparaissait comme un enjeu de sécurité nationale, une mission de sécurisation et de protection du site a été diligentée par les écogardes de l’Agence nationale des parcs nationaux, au péril de leur vie, en collaboration avec les services de la Direction générale des contre-ingérences et de la sécurité militaire, communément appelée B2, ainsi que des éléments de la Gendarmerie nationale gabonaise.

HeaderBanner

Le bilan de l’opération, selon des sources autorisées, indique un échange de coups de feu avec les contrebandiers et l’interpellation de 17 personnes de nationalité étrangères, illégalement entrées sur le territoire gabonais. Et qui n’était pas à leur premier forfait.

Aux dernières nouvelles, ces clandestins auraient bénéficié de passe-droits de la part de certaines autorités transfrontalières gabonaises pour avoir accès au site afin d’exploiter en toute quiétude la ressource naturelle. L’enquête actuellement en cours, permettra d’établir la responsabilité des uns et des autres, précisent des sources officielles.

Thierry Mocktar

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.