Coopération internationale Gabon/Etats-Unis

0 269

La suspension récente du Gabon de l’African Growth and Opportunity Act (AGOA) par les États-Unis a jeté une ombre sur les relations commerciales entre les deux pays. L’AGOA, en vigueur depuis 2000 et prorogée en 2015, permettait aux pays d’Afrique subsaharienne d’exporter plus de 6 400 produits vers les États-Unis sans droits de douane ni quotas. Cependant, depuis début 2024, le Gabon ne bénéficie plus de ces avantages, entraînant des répercussions économiques significatives.

La décision des États-Unis d’exclure le Gabon de l’AGOA s’explique par la difficulté du pays à satisfaire aux exigences de l’article 506A (a) (1) de la Loi sur le commerce. Plus précisément, les États-Unis pointent du doigt « l’incapacité du Gabon à faire des progrès continus en matière de protection du pluralisme politique et de l’État de droit ». Cette mesure est une sanction contre les autorités en place depuis le “coup de la libération” du 30 août 2023 dernier.

En 2019 le gabonais serge olivier Nzikoue a été le seul africain sélectionné par le NTSB des USA pour passer une formation qualifiante qui a permis au Gabon de rentrer dans les annales de l’aviation international

Les États-Unis, qui avaient déjà suspendu la quasi-totalité de leur aide au Gabon en octobre, actualisent chaque année la liste des pays éligibles à l’AGOA. Cette actualisation prend en compte des critères tels que l’attachement à l’économie de marché, les politiques de lutte contre la pauvreté et le respect de l’État de droit. La suspension du Gabon, ainsi que celle de trois autres pays africains, à savoir le Niger, l’Ouganda et la République centrafricaine, souligne l’importance accordée par les États-Unis aux valeurs démocratiques.

HeaderBanner

Cependant, il est crucial de noter que la suspension du Gabon de l’AGOA ne signifie pas la fin de toute collaboration entre les États-Unis et le Gabon. Serge Olivier Nzikoue, un Gabonais diplômé du prestigieux centre de formation du NTSB américain, souligne que les États-Unis poursuivront leur relation avec le Gabon dans certains domaines. En tant que point focal du NTSB au Gabon, Nzikoue affirme que la coopération dans le domaine de l’aviation civile reste intacte. Les États-Unis pourraient fournir un appui technique en cas de besoin, démontrant ainsi la résilience des liens dans des secteurs spécifiques malgré les tensions politiques.

D’ailleurs, il convient de rappeler que lors de son récent séjour aux États-unis, le président de la Transition, le général de Brigade Brice Clotaire Oligui Nguema avait reçu l’avionneur américain Boeing, dans le cadre la future flotte aérienne du projet de la relance d’Air Gabon.

Mettant en exergue ce parallèle, Serge Olivier Nzikoue, seul Africain sélectionné par le NTSB des États-Unis en 2019 pour suivre une formation qualifiante, marquant ainsi une reconnaissance de l’expertise gabonaise dans le domaine de l’aviation internationale, souhaite que cette réalité soit parfaitement comprise de tous les gabonais.

Le NTSB, agence indépendante du gouvernement américain, est chargé d’enquêter sur les accidents aériens et d’autres types d’accidents de transport. Le maintien de cette coopération témoigne de la volonté des États-Unis de maintenir des relations positives dans des domaines spécifiques malgré les défis politiques.

En conclusion, bien que le Gabon ait été exclu de l’AGOA, la relation avec les États-Unis n’est pas totalement compromise. Les deux pays continueront à collaborer dans des domaines spécifiques, illustrant la complexité des relations internationales qui peuvent persister même en période de tensions politiques.

Le NTSB est une agence américaine, 1er bureau mondial chargé des enquêtes sur les  incidents et accidents aérien, Maritimes,  ferroviaires, routiers et pipelines.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.