Gabon : atelier sur la biosecurité et la biosurété pour mieux affronter les grandes pandémies et les catastrophes naturelles

0 121

Le Gabon abrite depuis ce jeudi 2 décembre 2021, un atelier du Groupe de Travail Technique Régional sur la « biosecurité et la biosurété » (GTTR-BB) pour l’Afrique Centrale, du Nord et de l’ouest. Prévu pour pour deux jours cet atelier fait suite aux activités lancées en 2019 sur l’initiative régionale de biosecurité et de biosurété  (IBB) en réponse aux limites constatées par l’Organisation Mondiale de la Santé dans les Etats de l’Union Africaine en matière de biosecurité – biosurété.

Ouvrant les travaux de cet atelier, la Directrice Générale de la Santé, Dr Olivia Prudence Nzengue représentant le Ministre de la Santé, Guy Patrick OBIANG NDONG empêché, a réaffirmé au cours de son allocution l’engagement du Gabon à renforcer ses capacités à répondre aux exigences de biosecurité et de biosurété, ainsi qu’à se conformer aux exigences et réglementations internationales telles que le règlement Sanitaire international  (RSI 2005), la Convention sur les armes Biologiques  (CAB) et la résolution 1540 du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

HeaderBanner

En effet, dans le contexte de crise sanitaire mondiale, cette réunion du Groupe de Travail Technique régional sur la Biosecurité et la Biosurété se veut un espace de partage, de capitalisation des expériences et des leçons apprises et aussi et surtout de réflexion sur des orientations nouvelles en vue d’une politique inclusive et une gouvernance multisectorielle de la sécurité et la sûreté biologique en Afrique Centrale, du Nord et de l’Ouest.

Pour le Dr Isabelle Lumbwe, représentant le Dr Juslus NSIO, Président du Groupe de Travail Technique Région Afrique Centrale sur la biosecurité et biosurété, « l’Afrique est connue comme étant le berceau de l’humanité, cependant depuis des décennies, elle fait face à plusieurs menaces biologiques liées à l’émergence et la réémergences des maladies infectieuses avec des flambées successives des pandémies mais aussi catastrophes naturelles faisant d’elle un lieu moins sécurisant pour ses propres filles et fils.« 

Alors ce grand projet permettra à l’Afrique de devenir un grand village sain tout en permettant le renforcement de la cohésion continentale entre les Etats en leur permettant de conjuguer sur la même longueur d’onde.

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.