Grève à la Mairie de Libreville : le problème des retraités 2020, dans une phase de résolution progressive.

0 163

Pourtant, voici plus d’un mois que les six syndicats de la marie de Libreville sont en grève au prétexte fallacieux que le Conseil Municipal manque à satisfaire 11 points de revendication dont celui des retraités 2020 en cours de résolution. A contrario, la mairie indique avoir résolu 7 de ces points. Conséquence : un véritable dialogue de sourd s’est installé entre les deux parties au point d’aboutir à une grève générale illimitée. Autopsie d’une crise où se mêle mauvaise interprétation des textes et manque de discernement des syndicalistes.

Ce vendredi 16 septembre 2022, le groupement des syndicats de la mairie centrale de Libreville, au nombre de six (6) a indiqué par la voix de leur porte parole, Mabicka, être en grève depuis plus d’un mois en raison du non respect du Protocole d’Accord conclu avec l’autorité municipale autour de 11 points de revendication.

Pour le porte parole Mabicka, seul un point de revendication a été à ce jour satisfait par leur hiérarchie et il concerne le paiement des départs à la retraite de 2019.

Selon ce dernier, la question reste poser pour les retraités 2020-2021 sans oublier que l’année 2022 court à sa fin.

Aussi, en ce vendredi 16 septembre 2022 les six syndicats de la mairie ont observé un mouvement de grève aux allures disproportionnées qui n’a pas manqué de perturber la bonne ambiance du travail dans les bureaux pour ceux qui avaient fait le choix de continuer leur travail.

Puis, le mouvement de grève qui a circulé tout autour de la mairie accompagné d’un vacarme assourdissant, n’a pas hésité à se rendre dans les bureaux pour déloger de force ceux qui y travaillaient.

Toute chose que n’a pas manqué de condamner le Secrétaire Général de la mairie d’autant que si l’on peut reconnaître la grève comme un droit, il n’en demeure pas moins que les grévistes n’ont pas le droit d’empêcher ceux qui veulent poursuivre le service d’exercer. Il y a donc ici, une flagrante violation des textes, et l’on ne serait pas étonner de voir l’intervention de la force publique pour protéger ceux qui ont décidé de continuer leur service, ainsi que les usagers du service public.

Mieux, concernant l’affaire des retraités, le porte parole des grévistes ne dis pas tout ce que l’on souhaiterait savoir dans ce dossier. Il se contente de dire que seuls les retraités de 2019 ont vu leurs droits à la retraite satisfaits. Mais pour autant, il n’indique pas à la presse qu’ils ont convenu d’un arrangement avec l’autorité municipale concernant les retraités de 2020-2021.

Et selon le Secrétaire Général, les deux parties ont convenu dans le Protocole d’Accord, de la mise en place de Contrats de Suggestion.

HeaderBanner

 » Il s’agit en fait d’accords transactionnels dans le but d’allouer aux agents concernés, une indemnité pour pallier la pénibilité d’attente avant le paiement intégral de leurs droits à la retraite « , a souligné le Secrétaire Général de la Marie de Libreville.

Aussi, s’il est vrai que la mairie a tout fait pour que les mandats des retraités de 2019 soient initiés par la Direction Générale des Finances et signés de l’autorité municipale en tant qu’ordonnateur puis payés aux ayants droits, les syndicalistes seraient aussi bien placés pour reconnaître le traitement enclenché concernant les retraités 2020-2021.

En effet, selon le Secrétaire Général de la mairie de Libreville  » au regard des cas de détresse et de précarité soulevés par certains bénéficiaires de 2020, l’autorité municipale est allée plus loin, en demandant à son équipe de faire payer les droits de fin de carrière aux retraités de 2020 « , a précisé le Secrétaire Général de la mairie.

Sur cette base 64 dossiers ont été reçus par la mairie. Ensuite, 64 mandats ont été établis parmi lesquels 29 ont déjà été payés. Il en reste 35 mandats à satisfaire. Et ceci, est particulièrement imputable aux difficultés du trésor à ne pouvoir identifier les bénéficiaires en l’absence de tout contact téléphonique ou d’une identification bancaire des interressés.

Mais qu’à cela ne tienne,  » nous sommes en train de réfléchir sur un mécanisme pour dépasser ces manquements « , a promis le Secrétaire Général de la mairie.

Maintenant, on ne peut occulter également que les grévistes ont demandé à ce que les 200 fonctionnaires exerçant au sein de la mairie puissent regagner leurs administrations d’origines. Car, pour leur porte parole, M. Mabicka, cette optique permettrait à la mairie de réaliser des économies sur sa masse salariale tout en la permettant de disposer de moyens suffisants pour régler les problèmes des agents municipaux.

La question ici, est donc de savoir si la mairie en tant que collectivité locale a le droit d’avoir dans ses rangs des fonctionnaires de la fonction publique ?

Et là encore, les textes sont clairs. Et pour cause, un agent public est appelé à servir partout où besoin est, en vertu de la mobilité de la fonction publique. Mieux, la loi organique prévoit plusieurs types de personnels pour une mairie. Pour les citer, il y notamment les agents municipaux, les agents publics détachés et les agents contractuels.

Cela dit, si les textes ne remettent pas en cause la présence des fonctionnaires au sein d’une collectivité locale, le Secrétaire Général émet tout de même un doute sur le chiffre des 200 fonctionnaires annoncés par les partenaires sociaux.

 » Au sein de la commune de Libreville, il y a certes des fonctionnaires, mais qui sont minoritaires parmi nos effectifs « , a indiqué le Secrétaire Général de la marie qui précise par ailleurs qu’il y aura sous peu, la mise en place d’une commission du dialogue social qui devra servir de cadre de référence pour un dialogue permanent avec les partenaires sociaux. Ce qui ne serait pas une nouveauté à mairie de Libreville, puisque cette structure avait déjà existé à l’époque de l’actuel Premier Ministre alors à la tête de l’autorité municipale. Donc, il s’agirait tout simplement d’une réactivation de cette structure.

Michel Mbinah

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.