Habitat-Urbanisme/Détournements de fonds :Abel Nang Ekomiyé serait-il englué dans les malversations financières ?

0 571

Le Président de la République continuera-t-il de s’entourer de ces personnes qui ternissent l’image de sa politique ou devrait-il s’en débarrasser au plus vite ? Tant plus que l’opinion nationale s’accorde à dire que les personnes désignées ou choisies pour accompagner la politique du chef de l’État ne sont pas toujours les mieux inspirées par l’impulsion donnée par Ali Bongo Ondimba, lui-même, pour satisfaire aux attentes des gabonais. Cela se traduit, évidemment, par le scandale de malversations financières qui profile à l’horizon et qui pourrait ébranler, dans les prochains jours, le Ministère de l’habitat et de l’urbanisme, dont le chef de ce département ministériel, Abel Nang Ekomiyé, serait empêtré dans le collimateur de la justice gabonaise, au cas où cela pourrait s’avérer fondé, annoncent depuis quelques plusieurs sources par voix de presse interposées.

L’interpellation et la mise sous mandat de dépôt à la prison centrale de Libreville, il y’a quelques jours, du Directeur provincial de l’Estuaire, Jean-François Assounzock Okoué, pour détournement présumé de fonds publics générés par la vente de terrains ou encore des transactions immobilières et foncières résulterait, évidemment, des soupçons qui pèseraient sur le membre du gouvernement. Et dont la structure provinciale placée sous l’autorité directe du ministre n’a jamais reversé une quelconque ardoise au trésor public comme le recommande l’éthique de gouvernance et de gestion publique.

D’où la naissance d’un certain nombre d’interrogations. A savoir, si le Ministre en tant que chef hiérarchique du département n’aurait pas reçu de dividendes frauduleuses issues de ces transactions occultes en vue de couvrir les frasques de son collaborateur ?

HeaderBanner

Reste donc à cette justice de démontrer l’implication ou non du Ministre, dont on détiendrait des preuves accablantes, selon les mêmes sources.

En effet, entre autres raisons qui suscitent ces soupçons sur la personne d’Abel Nang Ekomiyé, serait le fait que ce dernier à son arrivée à la tête du département ministériel en décembre 2020, après un passage à l’ANUTTC (Agence nationale de l’urbanisme, des travaux topographiques et du cadastre), où la gestion n’aurait pas aussi été des plus limpides, se serait empressé de changer l’ensemble des Directeurs provinciaux qui, selon lui, ne répondait pas aux exigences de son circuit de collecte et de gestion financière (?). Pour preuve, indiquent ces sources, le Ministre aurait récemment viré à moins de trois mois, pour des motifs absurdes, et à des fins inavoués de règlement de compte, le Directeur provincial du Woleu-Ntem. Donnant ainsi l’impression de ce que ce dernier aurait été écarté parce qu’il serait devenu gênant.

Et d’aucuns n’hésitent pas à faire le parallèle en scrutant les gesticulations du ministre Abel Nang Ekomiyé depuis l’incarcération de Jean-François Assounzock Okoué qui éveillent, de plus en plus, des soupçons de la part de la justice gabonaise qui devrait chercher à comprendre mieux dans cette affaire. Et à qui Abel Nang Ekomiyé devrait, certainement, expliquer les expressions « d’accusé réception de 4 carottes, 9 bananes ou de 5 aubergines pour le week-end », qui sont en quelques sortes des codes de décharges (?).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.