Haut Ogooué-PDG/Sébé et Bayi Brikolo : Entre intrigues ou transmission de flambeau ?

0 443

Le 12ème Congrès ordinaire du Parti démocratique gabonais (PDG) tiendra ses Assises les 23 et 24 décembre prochain, à l’initiative du Distingué Camarade Président, Ali Bongo Ondimba. A l’occasion de ses préparatifs, le parti au pouvoir à organisé le week-end du 3 au 4 décembre dernier, les Conseils provinciaux à travers le pays. Sur le vif, ces rencontres provinciales ont été la traduition d’une certaine sérénité de la vision commune affichée actuellement par les « pédégistes » sur l’ensemble du territoire national pour assurer « une victoire claire, nette et sans contestation aucune » à leur candidat au mois d’août 2023, d’une part. Mais également de (re) dessiner la composition future du paysage politique propre à chaque circonscription au sortir du prochain Congrès ordinaire de la Renaissance pour un PDG Uni et Solidaire, d’autre part.

C’est le cas notamment dans les départements voisins de la Sébé et Bayi Brikolo dans la province du Haut-Ogooué. Où la Renaissance du PDG rejoint le concept de Régénération et Revitalisation préconisé par le Distingué Camarade Président.

Certes, frondeuses à l’égard des responsables politiques locaux du parti au pouvoir dans la province pour avoir opéré des choix et casting qui n’ont pas été inspiré par la base véritable, la communauté Obamba de ces localités devraient vivre un passage de flambeau, entre l’ancienne classe politique qui, durant des décennies, a « balkaniser » la politique locale, et l’émergence d’une nouvelle classe plus inspirée et mieux adaptée au contexte politique actuel. Malgré les intrigues instrumentalisées par ces personnes qui œuvrent dans l’ombre pour s’accrocher à leurs strapontins d’élus ou de Membres du bureau politique.

HeaderBanner

En effet, la montée en puissance du jeune ministre Max-Samuel Oboumadjogo pour incarner le renouveau constitue, à n’en point douter, un déclin pour Mathias Otounga Ossibadjouo. Qui face à cette pression a dû retirer sa candidature au bureau politique. Mais également une noyade pour Luc Oyoubi qui ne sait plus où naviguer pour s’offrir un nouveau gîte politique.

Au regard de ces observations, tout cela est évidemment, considéré comme un repoussoir de la part des populations du cru qui ont pris conscience de leur importance politique après avoir vécu dans l’intrigue et la marginalisation.

Max-Samuel Oboumadjogo a donc devant lui un boulevard qui se dresse magistralement avec pour soutiens effectifs Anani Koupangoye (Okondja) et du « baron », adoubé des populations, le député naturel de Ngami, Félix Onkéya (Aboumi). Une dream team avec laquelle il faudra compter compter pour une victoire cash d’Ali Bongo Ondimba en août 2023.

Thierry Mocktar

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.