Après moult accidents sur la voie ferrée : la Setrag dote les habitants d’Akournam 2 d’une passerelle

0 93

Pour plus de sécurité lors des traversées des rails, la Setrag a livré le 19 août courant la passerelle piétonne qui permettra aux usagers de traverser en toute sécurité la voie ferrée. C’est en présence des autorités politiques, gouvernementale et administrative que la mise en service officielle a eu lieu.

Akourman 2, au pk2 de la voie ferrée dans la commune d’Owendo, les populations traversaient au quotidien les rails courant ainsi le risque de se heurter aux trains. C’est soucieux de trouver une solution à cette situation qui, par le passé a été la cause de plusieurs accidents sur la voie ferrée que la Société d’exploitation du Trans-gabonais (SETRAG) a décidé de construire des murs et des passerelles afin de sécuriser la voie et les usagers.

HeaderBanner

Achevée en 2019, la livraison de la passerelle du Pk2 était conditionnée par la construction d’une autre pour personnes à mobilité réduite. C’est donc aux termes des dits travaux, que la passerelle vient d’être officiellement inaugurée par le Ministre des transports, Brice Constant Paillat, et ce, en présence de la mairesse d’Owendo, Jeanne Mbagou, le représentant du groupe Eramet et celui de l’ARTF.

Cet ouvrage entre dans le cadre du plan d’aménagement adossé au plan de remise à niveau de la voie ferroviaire (PRN) qui prévoit la construction de 15 passerelles de cette nature. A ce jour, quatre (4) ont été achevées, trois (3) en voie de construction, il en reste huit (8), lesquelles seront construites selon le plan d’exécution qui prendra fin au terme du PNR prévu pour 2024.

Au registre des réactions, l’on a enregistré celles de la mairesse d’Owendo et du ministre des transports, qui ont affirmés que c’est un horizon d’espoir qui se dégage, ce d’autant plus que la passerelle est gage de la sécurité civile, face aux traversées nonchalantes et intempestives des riverains parfois en état d’ivresse qui se terminaient régulièrement en drames. La livraison de la passerelle, ont-ils souhaité devrait se poursuivre par l’érection d’une barrière de protection afin de contraindre les populations à respecter la traversée sur l’infrastructure nouvellement construite.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.