Assemblée Nationale : Paul BIYOGHE MBA dénonce l’exclusion.

0 252

Le débat soulevé dernièrement à l’Assemblée nationale par Paul Biyoghé Mba continu de susciter des passions diverses. Surtout dans les milieux qui prônent la division et l’exclusion à travers le concept anti-fang (Tout Sauf les Fangs « TSF »). Alors que la politique de l’Égalité des chances impulsée par le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, préconise l’équité, le partage et la solidarité. Des valeurs qui formalisent la Concorde civile, la justice sociale et la cohésion nationale.                    

Lors de sa prise de parole, l’ancien Premier Ministre a insisté sur le développement, la fraternité, l’Amour et le Partage. En effet, le développement doit être ressenti et partagé par tout le peuple. Ce qui implique le choix et l’exécution des programmes et des projets de grands et larges impacts social et politique auprès des populations.          

Ce n’est, hélas, toujours pas le cas dans bien des situations. Comme l’observe les analystes de la situation politique du pays. Ce qui explique en partie l’absence ou l’insuffisance d’équipement collectifs, des infrastructures, de l’eau, de l’électricité, de la sous-éducation et sous-formation, le chômage, l’absence de logement, etc….             

Malheureusement, beaucoup n’ont pas encore perçu l’intervention de Paul Biyoghé Mba dans cette projection. Alors que le problème posé est d’ordre national, au regard de la réalité. Paul Biyoghé Mba a simplement dit tout haut ce que beaucoup pense et estime tout bas. Le Président de la commission de l’environnement à l’Assemblée nationale n’a pas eu la prétention de soulever le problème de tribalisme qui n’a jamais constitué un débat d’intérêt au Gabon et pour les gabonais. Il a plutôt mis en exergue l’inadéquation de la répartition des richesses du pays par la compensation des postes politiques et administratifs pour toutes les composantes communautaires. Surtout que pour des raisons non élucidées, plusieurs cadres de compétences avérées de l’administration publique, issus de différentes provinces,  sont sans affectation précise depuis de nombreuses années. Une perte en matière de ressources humaines pour l’État. « Quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt ».         

La majorité de l’opinion estime aujourd’hui pour sa part que le député du 3ème arrondissement Ntoum, l’un des gardiens du temple du PDG dans l’Estuaire, ne s’est pas trompé de tribune.                  

HeaderBanner

Largement majoritaires à l’Assemblée nationale, les députés du PDG ont suivi avec intérêt l’appel lancé par un des leurs en faveur d’un retour au dialogue rompu entre le gouvernement et le groupe parlementaire PDG pour des phases de concertation et de consensus qui ont, semblent-ils disparus des préoccupations des principaux maillons qui accompagnent le pouvoir.                         

Aujourd’hui les concepteurs du slogan anti-Fang pour fuire le vrai débat, mettent en avant des propos de tribalisme virtuellement attribué à Paul Biyoghé Mba. Ancien leader du MCD (Mouvement commun pour le développement), dont il a fondé au début de la décennie 90 avant d’être aspiré par le PDG –  le natif de Bikélé a toujours privilégié l’intérêt national. Démontrant ainsi au grand jour la dimension globale  de son micro parti d’alors.                            

Promu Premier Ministre, d’anciens  cadres de cette formation politique proche de la majorité, vont connaître une ascension fulgurante dans l’élite du pays quand se feront élire à l’Assemblée nationale. On redoutait alors Paul Biyoghé Mba de disposer sur le territoire national de fiefs politiques à travers ses différents représentants. Pourtant l’on ne faisait pas état de sa par de propos à tendance tribaliste.

« Quand le sage montre la lune, les idiots regardent le doigt ». Affaire à suivre !

Aimé Jordan Pango

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.