Cour Constitutionnelle/Conférence de presse : « la Cour Constitutionnelle participe à l’édification de l’État de droit démocratique                   

0 71

C’est un véritable exercice pédagogique auquel s’est consacrée, Marie-Madeleine Mborantsuo lors de son échange, cette fin de semaine, avec la presse nationale et internationale. Une rencontre qui a eu lieu, quelques jours seulement, après la commémoration du 30ème anniversaire de la Cour Constitutionnelle.  Dont la présidente  de l’institution est largement revenue avec force et détails sur les mobiles qui ont amenés à la création dans le pays de la haute juridiction dont « l’oeuvre participe à la contribution et à l’édification d’un État de droit démocratique au Gabon », a précisée Marie-Madeleine Mborantsuo.                 

Trente ans après, la Cour Constitutionnelle bénéficie d’une large crédibilité et d’une autorité morale dans la vie politique de la nation gabonaise à travers le rendu de ses avis, décisions et interprétations de la Constitution dont elle est garante à ce jour.

Malgré l’indisociabilité des critiques acerbes à l’encontre des juges constitutionnels et des passions qui découlent de la méconnaissance des procédures ou même de la loi fondamentale gabonaise, dont certaines dispositions donnent pouvoir à la haute juridiction de combler certaines lacunes qui sont à l’origine de nombreux vides juridiques au niveau de l’application de la Constitution ou d’autres textes à valeur de loi.                  

HeaderBanner

En visionnaire « avant-gardiste », la mise en place par le président Omar Bongo Ondimba d’une commission spéciale sur la démocratie au sein du bureau politique du Parti démocratique gabonais (PDG) – parti État de l’époque à laquelle prenait part active Marie-Madeleine Mborantsuo aux côtés d’autres éminentes personnalités gabonaises, a permis de poser les jalons de l’organisation de la Conférence nationale (mars-avril 1990) qui allait définir la nouvelle gouvernance politique du pays et l’instauration du  multipartisme avec la naissance de nouvelles institutions : la Cour Constitutionnelle et le Conseil national de la communication (CNC), aujourd’hui HAC (Haute autorité de la communication). C’est dire combien le rôle de la Cour Constitutionnelle reste déterminant dans la préservation de la paix et de la stabilité des institutions dans un État de droit à l’instar du Gabon.          

Marie-Madeleine Mborantsuo a également développé avec la presse le dossier de la préparation des élections générales de 2023 et invité le gouvernement l’organisation du recensement général de la population ou encore la révision de la liste électorale.

Thierry Mocktar

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.