Jo Dioumy Moubassango a adressé une lettre de motivation à la jeunesse gabonaise

0 180

Mes chers compatriotes,

Le temps est venu pour vous, de prendre une décision dont vous serez le seul auteur. Depuis de nombreuses années, les promesses les plus historiques vous ont été faites. Si l’on s’en tenait à celles-ci, beaucoup d’entre vous ne seraient plus au niveau où vous êtes aujourd’hui. Malheureusement, les promesses ne valent que pour ceux qui y croient. A ce jour, le dernier de la classe dans notre pays, dans la sphère politique, économique et culturelle, se trouve être le jeune gabonais. Nous ne reviendrons pas sur les causes de la non prise en compte de la jeunesse gabonaise, qui se traduit par un taux de chômage historique et une représentativité presque anecdotique dans les sphères décisionnelles et les assemblées de notre pays.

La situation économique du Gabon, nous la connaissons. Elle nécessite l’intervention immédiate des jeunes les plus brillants, parce que si vous ne le faites pas, vous continuerez à subir les décisions approximatives d’hommes et femmes, à l’intelligence ordinaire, dont la seule compétence est parfois un militantisme au rabais. Se plaindre, vous l’avez fait, mais cela n’a pas donné les résultats que vous espériez. Le pouvoir étant sourd quand il s’agit de défendre les siens. Vous avez longtemps porté les valises de certains ainés, dans les meetings et autres réunions politiques, dans l’espoir que l’on vous élève grâce à votre servilité. Le résultat a été le même : rien.

Je vous rappelle, en ma qualité d’aîné, que je ne crois pas en la politique du passage de relais entre les générations. En 1986, j’avais 10 ans, j’étais au CM2. En cette même année, monsieur Louis Gaston Mayila était Ministre de l’Education nationale. Il décidait pour moi et orientait la politique nationale en matière d’éducation pour tous les enfants de mon âge. 37 ans plus tard, il est toujours présent et ne compte pas se retirer. Encore une fois, il vient de jouer un rôle majeur dans les conclusions honteuses de la récente concertation politique, qui auront inévitablement un impact sur nos vies. Cet exemple en est un parmi tant d’autres et non un reproche de longévité politique. Il prouve combien de fois l’idée vendue depuis des années d’une circulation des élites politiques et d’une transition générationnelle est fausse. Il vous faut vous lever et contraindre la société, par la force de votre intelligence, à vous donner ce qui vous revient de droit.

Les errements politiques actuels, d’une classe d’aînés, motivés par leurs seuls privilèges et incapables de se projeter dans l’avenir du pays, se présentent donc à vous comme une opportunité unique. Le rejet par les gabonais, de la classe politique aux affaires, doit forger votre ambition : celle de servir notre pays le Gabon. Il est plus que temps, que vous fassiez preuve de responsabilité et d’engagement dans l’arène politique, à l’occasion de ces élections générales à venir. Vous devez vous rappeler que celles et ceux, qui avaient votre âge (entre 18 et 35 ans), il y a plus d’une décennie, à qui l’on a promis dans un livret de politique nationale de la jeunesse, un statut honorable, sont aujourd’hui de petits vieux et vieilles, aigris, plaintifs, dégoûtés de la vie et de la politique. Usés sans avoir jamais exercé une quelconque responsabilité à un niveau suffisamment élevé. Vous pouvez changer cette situation dès maintenant.

HeaderBanner

Rappelez-vous, que ceux qui ont exercé le pouvoir entre 2017 et 2019, n’étaient pas présents dans les réunions de la jeunesse gabonaise, ils n’étaient presque tous, encartés nulle part. Ils sont arrivés par derrière, déterminés et ont dirigé le pays pendant deux (2) ans. Toute la classe politique qui règne aujourd’hui était à leurs ordres, courant derrière les véhicules et alignée dans les aéroports à chercher la photo avec le « stratège de la bande ». C’est la preuve que l’on ne vous donnera jamais le pouvoir, il faut le prendre et il est désormais temps de faire éclore au grand jour vos ambitions nobles.

Jeunesse gabonaise, moi, Jo Dioumy Moubassango, fils du Gabon, conscient des enjeux politiques à venir, je vous demande de vous inscrire sur la liste électorale au moment opportun et de concrétiser votre ambition de faire entendre votre voix et celles de milliers d’autres jeunes. Ayez de l’ambition, ne passez pas à côté de l’opportunité d’agir en votre qualité de leader et en votre nom propre. Vous faites partie d’un peuple choisi, d’une génération distinguée, dont la promesse dans l’intervalle de la naissance et de la mort, est de vivre une vie de dignité. Vous pouvez, soit espérer, comme certains vous le recommandent, soit vous engager, comme moi je vous le demande humblement. Ainsi, la jeunesse gabonaise s’installera à la table des rois. A bientôt.

Fait à Libreville, le 25 Février 2023

Jo Dioumy Moubassango,

A l’heure de la décision.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.