La puissance des médias sociaux, comme alternative a la crise du syndicalisme gabonais

0 313

Depuis l’introduction des médias sociaux dans notre quotidien, a travers le monde, plusieurs solutions ont été mises en exergue pour freiner le déclin du taux de syndicalisation et revitaliser les organisations syndicales.

L’utilisation des nouvelles technologies
de l’information et de la communication, notamment Internet, sites web, médias sociaux, etc… est l’une de ces solutions.

De nos jours, les syndicats a travers la planète, utilisent de plus en plus ces médias sociaux pour communiquer avec leurs adhérents et le grand public. La crise de la pandémie de la covid 19, est venue mettre en évidence cette opportunité.

Mais, les syndicats au gabon en prennent-ils seulement conscience, pour réaliser l’opportunité de leur puissance?

Afin de se positionner en leader à cet égard, la COSYGA par l’entremise de son SGA, Jocelyn Louis Ngoma a anticipé sur comment tirer profit de ces médias sociaux, et identifier les effets positifs de leur utilisation sur certaines dimensions de la vie syndicale, ainsi que les contraintes et les risques qui y sont liés. Le tout dans l’optique d’avoir une compréhension globale et nuancée
de ce nouveau phénomène planétaire.

HeaderBanner

« Nous avons, plus précisément, choisi de nous intéresser aux effets de l’utilisation des médias sociaux sur la mobilisation et la participation de nos membres, et en second lieu, sur le recrutement de nouveaux adhérents, sans omettre l’obtention d’appui du public », a expliqué Jocelyn Louis Ngoma, Secrétaire général adjoint de la COSYGA.

 » Nous nous appuyons sur l’expérience des autres organisations syndicales, qui ont voulu la nous partager », a-t-il ajouté.

Leur approche met en évidence, le potentiel important des médias sociaux pour mobiliser les membres, mais aussi le grand potentiel inexploité eu égard à la façon dont ils sont utilisés au Gabon.

Il s’agira désormais pour eux, de solliciter le gouvernement, pour mettre en place le cadre juridique approprié, afin que cet environnement de partage d’informations, soit une réalité pour la nouvelle génération syndicale, conformément aux différentes conventions internationales, notamment les conventions 87 et 144 de l’OIT.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.