Le quartier Point V toujours enclavé : la sérieuse menace de la Coordination Point V pour bouder les urnes !

0 95

Ils ne sont pas contents les membres de l’association  » la Coordination Point V « . Au centre de leur colère, l’enclavement de leur quartier, dont ils attendent ni plus ni moins que les autorités publiques prennent à bras le corps la situation de leur quartier, situé dans la ville du “Grand Blanc”, Lambaréné, chef-lieu de la province du Moyen-Ogooué (centre du pays).

A la Coordination Point V, on n’entend plus vivre comme à l’époque de la pierre polie, d’où ses membres insistent qu’il faille que leur quartier soit modernisé avec les structures et infrastructures de base dignes de ce nom. Et ainsi, rentrer de plein pied dans le monde moderne. Le désenclavement de leur quartier est donc la condition sine qua none si l’on doit compter sur les habitants et électeurs de cette zone lors des élections générales à venir.

HeaderBanner

Déjà, faisant les choses dans les normes, les membres de cette Coordination ont saisi l’occasion, le mercredi 14 juin, lors d’une réunion des natifs des lieux à la Chambre de Commerce de Libreville, pour interpeller le président de la République, quant à leurs préoccupations sur le désenclavement de leur quartier. Ils en ont marre de fournir des efforts humains, plutôt surhumains pour rallier un autre coin de Lambaréné.

Ils n’ont pas oublié le même appel à l’endroit des membres du gouvernement originaires de la province, afin de voir le problème de la piste d’éléphant qui leur sert de seule voie d’accès tortueuse. Les membres de la Coordination Point V se disent déterminés, car, si rien n’est fait, ils appelleront leurs adhérents et sympathisants, voire les habitants du quartier abandonné à son triste sort à tourner le dos aux urnes. Ils ne tiennent plus à cette existence spartiate dans leur quartier. On doit se magner du côté du gouvernement, qui doit apporter le minimum vital à cette partie de Lambaréné.

La présidente de la Coordination Point V, dame Bendome a été claire quant aux préoccupations qui accablent leur zone d’habitation : « Nous voulons que les femmes du quartier Point V soient comme d’autres femmes. En bénéficiant de l’aide de l’État, pour financer des micro-projets génératrices de revenus. C’est une initiative de mon quartier, parce-que mon quartier est oublié ». Message transmis à qui de droit.

Kevine-aymard Lelengui

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.