Les associations traditionnelles vers une fédération des rites et traditions du Gabon 

0 246

L’organisation SILAYO NFOUA-ANGANGA (SNA) qui fait dans la défense et la promotion des rites et traditions ancestraux du Gabon a tenue ce jeudi 26 octobre courant une assemblée générale pour créer la fédération des associations des rites et traditions du Gabon et cela, pour permettre la mise en place d’un conseil national des rites et traditions de notre pays. Cette grande rencontre traditionnelle a vu la présence de plusieurs autres associations du Gabon qui oeuvrent également dans l’action de la promotion des us et coutumes. Le rond-point de Nzeng-Ayong dans le 6e arrondissement de Libreville a été le cadre choisis pour abriter cette rencontre.

Pour François MABENDE, porte-parole des associations « l’apport des rites et traditions et de nos associations dans le développement est très important d’autant plus que, aucun pays au monde ne peut véritablement amorcer un développement cohérent et conséquent en laissant en marge l’héritage traditionnel, rituel et ancestral ». Puis d’ajouter « Au Gabon, nous avons une culture riche, un patrimoine culturel riche. Je me souviens qu’Omar Bongo Ondimba avait décrété la plante Iboga, plante par excellence, plante du Bwiti. Et il avait décrété cette plante comme patrimoine national. Mais est-ce que le décret suffit à donner de la valeur à cette plante? Il faut donner aussi à ceux qui vous ont fait connaître cette plante, à ceux qui exploitent cette plante, à ceux qui font vivre cette plante, la juste place qu’ils méritent dans la société. La fédération va contribuer au plus haut niveau au développement de ce pays sur tous les plans, culturel, diplomatique, touristique, et même sur le plan économique et scientifique. Parce que l’Iboga a un grand apport médicinale et scientifique ».

HeaderBanner

Aussi, l’enseignement de nos us et coutumes dans les écoles est très important aujourd’hui. « Nous voyons le relâchement des meurs, alors qu’à l’époque, de nos ancêtres il y avait des gardes fous qui permettaient à ce que les jeunes générations s’arriment aux anciennes générations par l’enseignement de nos us, de nos rites et de nos traditions », à expliqué François MABENDE.

Levons nous pour nos rites et traditions !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.