Opposition mécanique-CNR : Estelle Ondo ou le tors d’avoir eu raison très tôt

0 102

Depuis le scrutin présidentiel de 2016, de nombreux compatriotes et acteurs politiques du pays ont, tres tôt, établi que alternance attendue pour le Gabon, et tant souhaitée (?) par eux depuis plusieurs décennies, devait finalement arriver par la personne de Jean Ping.  Des années après, et à l’approche d’un nouveau scrutin présidentiel, ces concitoyens, résignés, ont fini par comprendre que leur existence (survie) politique ne valait plus la peine de demeurer dans un bord politique où le radicalisme est voué au culte de la personnalité et dont certains médias à la solde servent de tribunes de relais pour encenser sur des propos haineux et divisionnistes. Où aucune vision claire et réaliste n’est proposer à l’opinion nationale. En dehors du ridicule fait d’une « contestation » électorale, dont le sujet n’est plus à l’ordre du jour dans la conscience collective des gabonais, hormis quelques nostalgiques de l’épopée de farandole des bains de minuit au clair de la lune et autour de la piscine à quelques encablures du lieu dit « échangeur » des Charbonnages.               

Si ces compatriotes et autres responsables politiques de premiers plan de l’opposition, dont le dernier fait en date est le retrait de Jean Eyeghé Ndong de la Coalition pour la nouvelle République (CNR), ont quitté le navire en perdition, il était question pour eux de démontrer à l’opinion nationale et la communauté internationale que ce regroupement de l’opposition n’était en réalité qu’une nébuleuse où le rêve est permis. Et que les idées conçues peuvent être, pour eux, une contribution selon le principe de l’acceptation de l’autre dans qui agit et pense autrement (vivre-ensemble), à la construction de la nation sous d’autres cieux. Ce qui aurait, par ailleurs, motivé le rapprochement d’avec le pouvoir et la majorité conduite par le président de la République, Ali Bongo Ondimba.            

HeaderBanner

En soutenant Jean Eyeghé Ndong dans cette perspective, le député de la commune d’Oyem, Estelle Ondo, a tenue à saluer le courage, la détermination et l’engagement d’un Homme dont la préservation du modèle républicain et les valeurs de démocratie véritable forgent son combat politique. Un rapprochement qui traduit le frémissement de la classe politique locale du deuxième arrondissement de Libreville, où Jean Eyeghé Ndong a toujours relevé les grands défis. Et dont les populations se tiennent déjà en ordre de bataille pour accompagner lancien Premier ministre vers ce nouveau challenge. Il n’est donc pas usurper de dire que Jean Eyeghé Ndong reste l’homme politique de la situation et l’opposant le plus engagé de la décennie par la justesse de ses propos et la droiture de son action.                 

En effet, le député Estelle Ondo aurait certainement eu tors d’avoir raison très tôt  en saluant la sortie de Jean Eyeghé Ndong de la CNR pour une absence de vision claire et par le manque de réalisme.

Thierry Mocktar

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.