Politique-Oyem : Estelle Ondo va-t-elle sauver le PDG ?

0 49

La « bataille » d’Oyem ou encore le « contrôle » de la ville de Nkoum’Ekeing à l’issue des prochaines consultations électorales constitueront, à n’en point douter, un challenge majeur pour l’ensemble des acteurs locaux qui vont se lancer à la course au pouvoir. Dans plusieurs états-majors de la place, l’heure est désormais à l’élaboration de stratégies d’approches. Seules alternatives possibles pour avoir une longueur d’avance sur le camp adverse. D’aucuns y voient l’option de ralliement comme solution irréversible. Dans la partie nord du pays on échapperait pas à cette réalité.

Le mouvement politique « J’aime Oyem » – dont la députée Estelle Ondo est la Présidente d’honneur et marraine pourrait faire l’objet d’une cours assidue de plusieurs prétendants, dont le parti au pouvoir, le PDG dans le septentrion. Les couacs observés lors de la commémoration en différée du 12 mars dans la commune d’Oyem favoriseraient cette démarche. Les acteurs locaux sur lesquels l’exécutif du parti aurait placés ses espérances n’ayant pas satisfaits aux attentes sur le plan de l’organisation et de mobilisation, laisse-t-on entendre.
Depuis son élection à l’Assemblée nationale, la députée d’Oyem dont on connait la proximité légendaire et soutien inconditionnel à la politique impulsée par le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, bénéficierait d’une influence politique notable qui mériterait d’être mise à la disposition de la candidature, en 2023, du chantre de l’émergence du Gabon, soutiennent plusieurs jeunes de la contrée. Ce qui lui aurait permis de la mise en oeuvre d’un programme d’aide à l’autonomisation des populations rurales et d’appui aux personnes vulnérables en zone rurale par la création des AGR (Activités génératrices de revenus) dont Estelle Ondo reste un élément percuteur dans la région.

HeaderBanner

Pourtant le parcours électoral de la native « Nkodjeign » n’aurait pas été paisible. En effet dans une sorte d’acharnement qui n’a pas fléchi sa détermination et témérité, Estelle Ondo fut parfois victime d’intimidations et d’injustices misogynes en vue de compromettre son élection au palais Léon Mba.

Bénéficiant de la confiance du chef de l’État, en tant que membre du gouvernement, Estelle Ondo a eu le privilège de conduire la mise en œuvre de la politique publique de la « Décennie de la Femme » ainsi que le programme de « l’Égalité de chances » qui sont chers au chef de l’État.

Pour répondre à l’appel de la main tendue du président de la République, l’entrée au gouvernement d’Estelle Ondo lui aura permis, en sa manière, « de contribuer à la réunification du pays, inciter le peuple à la tolérance et favoriser la paix au Gabon en invitant les « extrémistes » de tous bords à l’apaisement. Une coalition PDG-Mouvement « J’aime Oyem » s’annonce donc inéluctable dans la perspective de 2023 pour assurer la victoire finale pour Ali Bongo Ondimba.

Thierry Mocktar (Oyem)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.