Présidentielle 2023/Meeting du PSD : «On doit couper la main du PDG» selon Albertine Maganga Moussavou

0 186

Le samedi 01 juillet 2023, le président du Parti Social Democrate (PSD) Pierre Claver Maganga Moussavou a fait une démonstration de force en tenant un meeting inédit au quartier Belle-Vue 2, au stade de la nation dans le 3e arrondissement de Libreville. C’est plus de 3000 personnes enquêtes du changement qui ont répondu présent à l’appel du PSD. Et dont la stratégie pour libérer le peuple gabonais serait de couper la main du PDG et tout ce qui tourne autour.

En effet, au cours de son adresse à la population, Pierre Claver Maganga Moussavou a peint un tableau sombre de la situation politique, économique, social et environnemental du Gabon.

« Ce système ce n’est pas seulement Ali Bongo Ondimba et sa famille, c’est tout un monde qui souhaite que ce pays reste dans l’obscurantisme (…) Non contant de nous avoir retardé depuis 14 ans, il voudrait qu’on lui confie encore 5 années », a expliqué le président du PSD, Pierre Claver Maganga Moussavou. Puis d’ajouter « Il paraît qu’il est en bonne santé, mais qu’est-ce que nous devenons ridicules à l’extérieur où les autres se moquent de nous, ou on pense que y a pas de gabonais. Mais moi je revendique la capacité de gérer ce pays. »

HeaderBanner

Aussi, dans un pays d’obscurantisme on ne peut pas accepter que quelqu’un soit économiquement fort, accepter qu’il sois financièrement fort, accepter que quelqu’un soit intellectuellement fort. Car avec ces atouts, il devient un danger pour les tenants du pouvoir.

Pour la présidente délégué Albertine Maganga Moussavou, tout ce que Ali Bongo Ondimba fait c’est de l’agitation, c’est la peur à changer de camp. Le PDG c’est le mal du Gabon, il est à l’origine de tous nos problèmes.

« Ça veut dire que nous sommes sur la bonne la voix pour chasser cet homme qui n’a rien fait depuis 14 ans. Aujourd’hui, il essaie par des petites choses. Il veut enfumer les gabonais, mais, nous on a les yeux ouverts. On n’en veut plus d’Ali Bongo, Ali Bongo c’est fini », a martélé Albertine Maganga Moussavou.

Pour finir, la présidente délégué, a lancé un appel de soutien au candidat du PSD, le 26 août prochain. Car voté Maganga Moussavou, c’est voté la provincialisation et le développement du Gabon.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.