Régies financières/FECOREFI : Sylvain Ombindha Talhewya3 dénonce l’instrumentalisation du politique

0 92

Secoué depuis plusieurs mois par des mouvements de grève à répétition, le climat syndical des régies financières est aujourd’hui instrumentalisé par la main-mise des politiques. De nombreux adherants des syndicats des régies financières sont fortement impactés et à la solde des partis politiques tant de l’opposition que de la majorité.                       

Pour l’Inspecteur des Impôts, Sylvain Ombindha Talhewya lll, Secrétaire général de la FECOREFI (Fédération des collecteurs des régies financières), tirant le bilan de la dernière grève des régies financières : « l’objectif de l’intrusion des « politiques » dans les revendications syndicales et sociales à pour but de neutraliser, en faveur de l’exécutif, nos mouvements légitimes en agissant contre les intérêts des agents ».     

             

HeaderBanner

Depuis le 13 juillet 2020, la FECOREFI, reste intransigeante sur les questions professionnelles d’éthique et de déontologie. Malgré les intimidations, les manigances et pressions de toutes sortes sur des agents grévistes.           

En effet, les maux qui minent le secteur des régies financières au Gabon sont nombreux. Mais les principaux sont : la régularisation des situations administratifs de nombreux gabonais et les conditions lamentables de travail.
                               
« Dans ces conditions déplorables comment demander à un agent d’être performant quand il n’a même pas le minimum pour assumer sa tâche quotidienne,  indique le leader syndical. Il faut donc arrimer le management des régies financières du Gabon à la réalité sociétale du pays. Il y’a aussi le problème de l’élargissement de l’assiette fiscale à résoudre. Il y’a, certes, des efforts qui sont faits sous la pression de l’action de grève de la FECOREFI ».

« Aujourd’hui, nous avons plus de 400 à 500 collègues qui ont pu être intégrés dans la fonction publique, qui ont pu bénéficier de reclassements, qui ont pu bénéficier des avancements automatiques. Et cela pour les quatre régies des Collecteurs, à savoir Douanes, impôts, hydrocarbures et Trésor. Donc si on peut parler d’une action qui a porté, on peut dire que notre grève a porté », a conclu Sylvain Ombindha Talheywa lll.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.