Transition : Cette curieuse opposition qui s’agite

0 228

 

Alors que l’ensemble des mécanismes électoraux post transition semblent encore bien lointains, et dans l’attente de la durée de la transition à l’issue du Dialogue national inclusif, le chronogramme présenté par le Comité de transition pour la restauration des institutions (CTRI) actuellement en cours étant illustratif (dixit le gouvernement), l’ancienne opposition au régime déchu d’Ali Bongo Ondimba semble s’agiter de manière frénétique. Que « sera-t-elle » réellement ?

Depuis qu’elle (opposition) s’est vue attribuer une parcelle de tribune, avec à la clé la promotion de ses cadres et leaders à des postes de responsabilité politique et au sein de la haute administration du pays à la faveur du pouvoir de la transition, les acteurs de ce camp et leurs affidés des réseaux sociaux s’emballent progressivement dans la perspective des prochains scrutins dont celui présidentiel. Une stratégie qui, au vu de certaines indiscrétions, viserait à perpétrer un « coup de force électoral » contre la transition, indiquent certains observateurs.

Dans le confort de la stratégie des méthodes de ruse et réalisme inspiré de Machiavel, l’opposition aurait déjà atteint ses premiers objectifs. L’embrigadement du pouvoir militaire. Et dont les relais des affidés seraient chargés de la mission d’instrumentation à travers les réseaux sociaux du rejet systématique des décisions ou propositions de nomination de dignitaires de la République ou encore l’élite de l’ancien régime à des postes de responsabilité.

HeaderBanner

Il faut comprendre que plusieurs « opposants et activistes » prétendaient agir de la sorte par simple frustration et haine à l’égard de leurs compatriotes du régime déchu et non pour la cause ni l’intérêt du pays, indiquent-on dans certains milieux à Libreville.

Car au regard des faits et actes, beaucoup qui ont été nommés ou promus par le pouvoir militaire ne le méritent véritablement pas. Pour preuve la résurgence progressive des actes décriés ou reproché dans sa gouvernance au précédent régime. Les critiques virulentes essuyer ces derniers temps par la transition de la part de l’opposition à l’encontre des mesures ou décisions prises par le pouvoir obéissent à une stratégie visant à présenter la gouvernance actuelle du pays d’incompétence.

En effet dans cette approche, il existerait une volonté « encagoulée » visant à écourter le processus de la transition et de faire bloc contre une probable candidature du chef de l’État de la transition dont la manifestation de candidature est, de plus en plus, solliciter à travers certains milieux du pays, pour que l’opposition se positionne comme l’unique alternative crédible du Gabon pour les prochaines années.

Dans tous les cas, l’ancienne opposition au régime d’Ali Bongo Ondimba qui exploite la moindre faille du pouvoir de la transition, s’illustre comme une véritable épine pour le CTRI dans son action de restauration du pays dans sa diversité et pour l’unité du Gabon tant recherchée.

Thierry Mocktar

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.