Vie Syndicale : « Le syndicalisme n’est pas une activité professionnelle, génératrice de richesse, ou promotrice d’emplois » dixit Jocelyn Ngoma

0 72

Tel que l’OIT définit le dialogue social, il inclut tous types de négociation, de consultation ou simplement d’échange d’informations entre les représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs, selon des modalités diverses, sur des questions relatives à la politique économique et sociale présentant un intérêt commun.

La relation qui lie un travailleur a son employeur, est un contrat de travail, derrière lequel s’ouvre une relation, qui va impacter la carrière de tout travailleur, qui pourrait être couronnée par une promotion en qualité de patron demain.


 
Considérant que le patron c’est le premier salarié de l’entreprise, un syndicaliste outillé, doit pouvoir également expliquer aux travailleurs, dans la formation syndicale, ce qu’est le métier de patron.

Car tout travailleurs, est un potentiel patron, quelque soit l’opportunité, par la carrière, ou en créant son entreprise.

Le syndicalisme n’est pas une activité professionnelle, génératrice de richesse, ou promotrice d’emplois. C’est une organisation associative a but non lucratif de travailleurs, pour défendre leurs intérêts matériels et moreaux, a travers des syndicats.

Avec l’émergence d’un nouvel environnement de travail, fortement influencé par les NTICs, le  syndicaliste de lutte a montré ses limites, considérant, que cette doctrine engendre des coups financiers et humains., quelle que soit l’issue du combat.

Dans ce nouvel environnement, l’ignorance peut être masquée par un savoir apparent, et prendre des formes différentes selon qu’elle résulte d’une erreur, d’une illusion ou d’un préjugé.

HeaderBanner

Il y a en effet de très nombreux cas, où nous croyons savoir, ce qu’en fait nous ignorons.

C’est pourquoi, le choix des représentants des partenaires sociaux, est un véritable gage pour l’assurance de leurs acquis sociaux.

L’éducation des employeurs et des travailleurs en matière syndicale, ne peut donc plus être une option dans un tel contexte, c’est une contrainte.

C’est pourquoi, renforcer le dialogue social et la négociation collective, restent la seule alternative, à un partenariat social gagnant gagnant.

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre. »
L’art de la guerre (Sun Tzu)

Ce n’est qu’à ce prix que les intérêts matériels et moreaux transversaux, de l’ensemble des partenaires sociaux seront garanties,, considérant qu’il n’y a pas d’employeurs sans employés  et réciproquement, pas d’employés sans employeurs.

« L’équilibre de la paix sociale, en sera la principale retombée, pour le bonheur et l’harmonie de tous », a conclu Jocelyn Ngoma expert en relation de travail.

la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.