CAN 2022 : Félix Onkéya pour booster la victoire des Panthères sur les Etalons.

0 35

Au moment où les Panthères du Gabon affrontent, cet après-midi au stade Limbé, leurs adversaires des « Étalons » du Burkina-faso dans le cadre des huitièmes de finales de la 33 ème édition de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2022, la Commission nationale d’organisation et de gestion des événements à caractères nationaux et internationaux (CNOGEMCNI), sous la conduite de Félix Onkéya est bien présente au cœur du dispositif moral de l’équipe gabonaise  qui engage le pays à cette compétition continentale.                       

En effet, les différentes  réunion de concertation et d’harmonisation tenues par Félix Onkéya et son équipe, au camp-base du stade d’Engong à Oyem, ont permis de relever un certain nombre de points de convergence. Le rappel, à tous points de vu, des fondamentaux d’une gestion événementielle dans un contexte de crise sanitaire ; l’analyse des facteurs clés, endogène et exogène, de collaboration et de cohabitation ; la programmation et la coordination des sorties en relation avec le parcours de l’équipe nationale du Gabon au Cameroun ; la mise en évidence des contraintes liées à la cartographie des stade en compétition, etc.          

HeaderBanner

L’analyse ainsi que les commentaires sur la gestion des supports gabonais sur le Cameroun et ce depuis la phase préparatoire des Panthères, malgré la modicité des moyens mis à disposition de la CNOGEMCNI par l’État gabonais, aura permis à Félix Onkéya, chargé de la coordination de ce vaste programme, de faire recours à sa grande expérience de gestionnaire avéré de la chose publique afin que les gabonais se mobilisent autour d’un idéal de victoire pour leur équipe nationale. Qui, jusque-là n’aura aucune contre-performance durant le premier tour de la compétition. En dépit des critiques  et scandales, qui a l’entame de la compétition, ont émaillés le milieux du football gabonais.             

La rencontre de cet après-midi au stade de Limbé (Cameroun) s’annonce déjà comme une formalité de plus pour la sélection gabonaise au rendez-vous de l’histoire.

Christelle Ada (Oyem)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.