Entreprise

0 86

L’Autorité de Régulation des Transports Ferroviaires (ARTF)présente ses besoins aux investisseurs d’IMMO IPS

Après l’ouverture des travaux mercredi 26 mai dernier, entre l’entreprise belge IMMO IPS et le ministère des Travaux publics, de l’Équipement et des Infrastructures, le ministère des Transports,  le ministère de l’Habitat, le ministère de l’Economie, le ministère du Budget et celui de l’Education nationale et l’Enseignement supérieur, les cessions techniques ont démarré ce jeudi 27 mai avec l’analyse des projets dans le secteur des transports parmi lesquels ceux du transport ferroviaire. L’ARTF en a profité pour élaguer ses besoins et ses attentes au directoire d’IMMO IPS. Gabon Quotidien a rencontré à cet effet, l’ingénieur en génie civil, expert en infrastructure ferroviaire M. BOUMAH Augustin en sa qualité de Directeur du Contrôle Technique et de la Sécurité à l’ARTF, voici ce qui en découle : Entretien.

Actualités 241: Vous venez de participer aux travaux de la première session dédiée aux transports. Quel a été le discours de l’Autorité de Régulation des Transports Ferroviaires ARTF?

M. BOUMAH Augustin : Notre discours a été clair et concis, l’ARTF concourt au développement du secteur public ferroviaire, de ce fait, elle assure pour le compte de l’Etat des missions de conseil, de contrôle et d’arbitrage. Conscient des enjeux stratégiques liés à l’exploitation du Transgabonais, L’ARTF veille au respect et à l’application du cahier des charges du concessionnaire Setrag, du règlement de la sécurité ferroviaire, de la maintenance qualitative des infrastructures ferroviaires et de l’utilisation du matériel roulant agréé. Pour assurer de manière efficace et efficiente ses missions, L’ARTF sous l’inspiration de son nouveau Secrétaire Exécutif M. Patrice Aboubakar NENDJOT a initié un Programme de Renforcement des Capacités Techniques en moyens de contrôle et ressources humaines, le   PRCT 2021 – 2023. Ce programme est une partie intégrante du Plan Stratégique ARTF Vision 2023, cher aux plus hautes autorités de l’Etat. Constitué de dix (10) projets structurants, ce programme n’attendait plus qu’un financement. Aujourd’hui nous saisissons l’occasion que nous offre la société belge IMMO IPS, pour présenter le contexte, la faisabilité et la pertinence de chacun de nos projets dans le domaine ferroviaire.

Peut-on passer en revue avec vous, les attentes de l’ARTF en matière d’investissement ?

En matière d’investissement, l’ARTF souhaite se doter de moyens techniques de contrôle et disposer d’un personnel formé aux métiers de l’audit et contrôle de l’activité ferroviaire. L’objectif est de rompre avec une dépendance trop accrue à la logistique de la SETRAG pour effectuer nos missions de contrôle de la SETRAG et des autres opérateurs du Transgabonais. C’est un peu l’histoire du policier qui emprunte et utilise le sifflet du chauffeur de taxi pour interpeller le taxi. Cette position est incongrue et incohérente au vu de notrestatut.L’ARTF jouit de l’autonomie technique que lui confère l’Ordonnance n°017/PR/2010 relative à sa création, elle se doit de disposer de sa propre logistique pour ses missions.La prévention des incidents-accidents et la proactivité dans la gestion des risques ferroviaires sont importantes pour juguler,par exemple, le spectre des déraillements récurrents des trains observés ces derniers jours.

Le Programme d’Investissement PRCT 2021 -2023se décline en deux (02) composantes :

ü  PRCT – MC (moyens de contrôle)

ü  PRCT – RH (ressources humaines)

S’agissant du PRCT-MC, il faut savoir que cette composante du programme vise essentiellement au renforcement de la capacité technique d’intervention des équipes par l’acquisition de matériels et équipements de haute qualité pour le contrôle et l’audit de la voie, des installations ferroviaires, du matériel roulant et de la sécurité. Il permettra de mettre en œuvre les projets ci-dessous :

1 – Acquisition d’une voiture automotrice de mesure des paramètres de la voie

2 – Acquisition d’une draisine pour le transport du personnel technique

3 – Acquisition de véhicules 4×4 rail-route de transport et d’inspection pour le personnel technique basé dans les principales gares du réseau

HeaderBanner

4 – Acquisition de pont-bascule ferroviaires dynamique pour le contrôle du poids des charges des trains miniers et industriels sur le réseau Transgabonais

5 – Acquisition de pont-bascule ferroviaires de diagnostic en transit des roues du matériel roulant

6 – Acquisition de scanners à bagages pour les principales gares du réseau Transgabonais

7 – Acquisition du matériel de contrôle et mesure des paramètres de la voie

8 – Acquisition de caméras de vidéo-protection afin d’assurer la sécurité des usagers et des installations ferroviaires pour les principales gares du réseau Transgabonais.

S’agissant du PRCT-RH, cette composante vise au renforcement des compétences techniques du personnel par la mise en œuvre d’un plan de formation ambitieux dans l’optique d’acquérir les connaissances fondamentales à l’exercice des métiers du contrôle et de l’audit de la voie ferrée, des installations ferroviaires, du matériel roulant et de la sécurité du trafic. Les formations permettront aussi aux agents de se familiariser à l’utilisation des nouveaux équipements et matériel de mesure des paramètres de la voie.

Le PRCT – RH aborde également les aspects liés aux conditions de travail et de vie en ligne des agents de l’ARTF chargés du contrôle et de l’audit (construction des bâtiments abritant les services des coordinations provinciales et les foyers des travailleurs).

Les projets du PRCT – RHsont les suivants :

9 – Construction de cinq (05) coordinations provinciales et foyers(Owendo ; Ndjolé ; Booué, Lastourville ; Moanda)

10 – Formation du personnel technique de l’ARTF aux métiers du contrôle et d’audit de la voie, des installations, du matériel roulant et de la sécurité.

Il faut savoir que la construction de ces cinq (5) nouvelles coordinations entre Owendo et Franceville vise l’objectif d’être au plus près du déroulement de l’activité ferroviaire. Nous avons également besoin de mettre en place des programmes de formation pour l’amélioration qualitative de nos ressources humaines qui manquent justement de spécialités.

Par ailleurs, la mise en œuvre du Programme de Remise à Niveau des infrastructures du Transgabonais (PRN) financé par l’Etat via l’Agence Française de Développement (AFD) doit répondre à des normes et standards agréés par l’ARTF. Donc, en tant que bras séculier de l’Etat dans ce domaine, nous nous devons de veiller à la bonne exécution du PRN selon les règles de l’art.

Aujourd’hui, tout cela peut se chiffrer à hauteur de combien ?

Nous parlons d’une série d’actions déterminantes pour l’ARTF et le chemin de fer Transgabonais qui va nécessiter un financement de près de 4,5 milliards de francs CFA. De ce fait, nous comptons justement sur la contribution de la société belge IMMO IPS, pour avancer sur ce volet, indépendamment de la subvention directe de l’Etat sur nos investissements futurs.

                                                  Propos recueillis par Alain Mbinah

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.