Gabon/Justice : Inculpée, Sylvia (Sylvie) Bongo Ondimba (Valentin) en rajoute

0 561

Placée sous mandat de dépôt à la Prison centrale de Libreville pour des faits présumés de détournement de fonds publics, malversations financières, blanchiment de capitaux, etc, l’ex Première Dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba (Sylvie-Aimée-Marie Valentin) lors de son instruction au tribunal de Libreville a ajouté un nouveau chef d’inculpation à son actif : le déni d’identité.

En effet, au cours de ces audiences, celle que les gabonais ont connu en qualité de Première Dame du pays durant quatorze années aurait fait preuve d’amnésie en s’ignorant elle-même. Ainsi que les raisons de sa présence au parquet de la République.

Du point de vue de l’opinion publique nationale et même internationale, tout cela pourrait paraître banal pour les prévenus de droit commun tentant sortir des griffes de la justice. Mais cela laisse dubitatif au regard de la qualité du personnage présenté devant la justice.

HeaderBanner

Il y a de quoi s’interroger si Sylvia (Sylvie-Aimée-Marie) Bongo Ondimba (Valentin) réalise vraiment que le pouvoir, depuis le 30 août dernier, a échappé au clan dont elle passait pour marraine durant les années d’exercice du pouvoir par son époux Ali Bongo Ondimba. Où est-ce les ennuis judiciaires du moment dont l’ex Première Dame ne s’imaginait pas qui lui ferait perdre le sens de la réalité ? Dans tous les cas, la justice gabonaise appréciera. Sylvie Valentin a-t-elle usurpé la fonction et le rôle que se devait Sylvia Bongo Ondimba au sommet de l’État en tant que Première Dame ? Dans tous les cas, il y a forcément des délits d’usurpation , du faux et usage du faux, du déni d’identité.

Les quatorze années d’exercice du pouvoir n’ont pas encore fini de révéler à l’opinion publique nationale ce qui s’est réellement passé entre les quatre murs du palais.

Thierry Mocktar

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.