Gabon : Manipulation de l’opinion publique, le danger permanent.

0 76

Depuis quelques temps, le spectre de la manipulation est bien présent perfectible au sein de l’opinion publique gabonaise.  Après la vague de rumeurs ahurissantes sur l’état de santé du numéro un gabonais dont, Ali Bongo Ondimba, a l’occasion de son adresse à la nation du 31 décembre 2021, a tenu a édifié les gabonais sur ce qu’il a enduré au bout de ces trois dernières années –  puis sur une prétendue vacance du pouvoir nullement en gestation, c’est désormais l’instrumentalisation de l’opinion publique gabonaise sur le pretendu « séjour » hors du pays du Directeur général du budget et des finances publiques, Fabrice Andjoua Bongo Ondimba, qui est à l’ordre du jour sur les réseaux sociaux et distillée par des adeptes de la prédation des informations erronées.              

A quelle fin est distillée cette instrumentalisation ? Au profit de qui et pour quel centre d’intérêt ? Qui en est ou en sont les commanditaires ? Autant d’interrogations qui fusent à travers le pays. Et où l’on vit dans une psychose de défiance de l’autorité publique, malgré l’intervention du chef de l’État en personne, au soir du 31 décembre, et la tenue d’un Conseil des Ministres, 72 heures après, pour apaiser le climat.

En effet, alors que des projections économiques annoncent des perspectives positives pour un retour de croissance, malgré les effets induits, conséquences de la double crise économique et sanitaire, le pays a besoin des efforts de tous pour se reconstruire et s’assurer une prospérité partagée.                    

HeaderBanner

Selon des sources proches du Ministère du budget et des comptes publiques, il serait revenu, que le Directeur général du budget et des finances publiques – par ailleurs demi-frère du président de la République –  n’aurait jamais fait l’objet d’une « sortie » hors du pays et encore moins être inquiéter. L’homme est bien présent à Libreville. Où, malgré la grève des régies financières qui perdure et paralyse le fonctionnement de l’État, Fabrice Andjoua Bongo Ondimba continu d’assumer, avec abnégation et pondération, les charges qui lui ont été assignées par les plus hautes Autorités du pays, en tête desquelles, le président de la République, Ali Bongo Ondimba.         

L’acharnement dont est victime le Directeur général du budget et des comptes publics relève, indique-t-on, des stratégies visant à affaiblir le pouvoir de Libreville dans la perspective des scrutins à venir. Ainsi que certains pans de l’exécutif.

Thierry Mocktar

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.