Gabon-politique/Élections 2023 : l’opposition en lambeau

0 86

Dans une phase squelettique, émiettée par une vague de démissions en cascade qui ne cesse de décimer ses rangs, dont plus rien ne présage, dans la perspective des élections en 2023, un retour à la sérénité, l’opposition au Gabon est désormais dans une phase d’apostasie. Une renonciation de ses propres convictions. Dont le rétropédalage des « élites » est aujourd’hui convaincu par la justesse du discours politique de la « Concorde sociale » magistralement véhiculé par le pouvoir du Président Ali Bongo Ondimba.

Une inanité qui pousse aujourd’hui l’opposition de s’illustrer négativement dans l’écart du vrai et ce qui paraît d’une fiction de l’utopie, indique un transfuge du camp de l’opposition. Car le programme politique « aspergé » aux gabonais se résume pompeusement par « Appels à la candidature d’Ali Bongo Ondimba : Cinisme et irresponsabilité ». Dont le pseudo collectif pro-opposition « Appel à agir » se complaint à jouer la caisse de raisonnance d’un discours creux. Et qui serait disposer a jouer les joints-venture pour l’obtention de financements extérieurs de la campagne de certains leaders de l’opposition.

Implosée, sclérosée et fracturée à dessein par l’agilité du pouvoir, le malaise profond qui transperce l’opposition se traduit, en effet, par ce retour massif en « catimini » de plusieurs cadres dans le camp de la majorité républicaine et sociale pour l’émergence dont Ali Bongo Ondimba reste le chef de file, poursuit la source.

HeaderBanner

Alors que l’opposition peine à (re) faire ce retard qui ne cesse de l’acculer face à un pouvoir qui a le vent en poupe. Dont le candidat naturel, Ali Bongo Ondimba, file droit vers une nouvelle victoire en 2023. Surtout pour le mémorable don de cieux plus propices offert aux transfuges de l’opposition.

Quand on sait, entre autre, que la volée de bois essuyée tout ce temps par le pouvoir est le résultat du « mécontentement » exprimé par une « élite » qui, après avoir perdu ses avantages et intérêts, espérait (re) trouver un mieux-être en ralliant les rangs de l’opposition et pester à l’endroit du pouvoir. Peine perdue. « L’effet » subtilement espérer n’a malheureusement pas prospérer.

A quoi donc s’attendre quand la maison est suffisamment grande, entend-on « surfer » sur des tons ironiques de la part de certains sympathisants du pouvoir.

Aujourd’hui les leaders de l’opposition payent par cette hémorragie « interne » l’incurie de la tentative de division du pays qu’ils ont volontairement instrumentalisé au sein de l’opinion nationale en voulant « opposer » entre elles les différentes communautés. Une stratégie contournée par le pouvoir qui a déployé une intense activité de récupération pour démontrer sa suffisance à poursuivre le contrat de confiance avec le peuple gabonais au-delà de 2023. En dépit des lamentations d’un groupuscule qui, dailleurs, ne présente pas une alternative de crédibilité auprès des gabonais. Au regard de ce contexte d’adhésion qui se lève des quatre coins du pays pour solliciter la candidature d’Ali Bongo Ondimba.

Thierry Mocktar

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.