Gabon/Transport: Emmanuel Marcos Zue Meye s’explique quant aux ignominies de Ghislain Malanda

0 180

Libreville, le 29 mars 2021- (Actualites241). Surpris par l’attitude manifestée des syndicats des personnels de l’administration des transports, l’accusant d’avoir diligentée une enquête contre les agents des Transports, Emmanuel Marcos Zue Meye a donné un droit de réponse face à cette ignominie

Les déclarations de Ghislain Malanda qui a annoncé la saisine de la justice dans les jours avenir pour clarifier cette situation conviendrait parfaitement au président de la CGPMEI. Car, il s’agit ainsi pour la justice de procéder à une jonction des procédures qui permettraient de mieux édifier tout le monde et de dégager les responsabilités de chaque partie engagée.

« C’est l’occasion pour moi de rappeler au camarade Ghislain Malanda que lorsqu’il parle d’intérêt économique qui motiverait mes démarches, il a tout à fait raison. Seulement cela démontre très bien qu’il n’a aucune maîtrise du secteur dans lequel il évolue, car le département des transports est un secteur économique qui se constitue en régie financière dont, l’une des missions première est l’optimisation des recettes de l’état gabonais », a expliqué Emmanuel Marcos Zue, président CGPMEI.
 
Ghislain Malanda, sous son titre de président de syndicat se cache un homme d’affaires qui n’a jamais caché ses intentions de contrôler certaines sociétés comme Gabon Autosur qui échappent à son influence. C’est d’ailleurs cette animosité qui justifie les invectives permanentes contre le patron de cette société monsieur Fabrice Guidat.

HeaderBanner

A titre d’information, le camarade Ghislain Malanda est le patron d’une société de prestation de services qui sous traite à l’aéroport de Libreville. Ils est donc, un concurrent deloyale pour nos entreprises, car en sa qualité de président de syndicat des agents publics, il a une influence que les chefs des autres entreprises n’ont pas.

Il n’est donc, nullement question ici de dire que la CGPMEI est seule responsable de l’ouverture de cette enquête en cours, car non seulement il s’agit d’une volonté affichée par tous les participants aux travaux du mois d’août 2020 à la salle de réunion de la DGTT, mais également il faut retenir derrière cela, la manifestation des orientations fermes du président de la République à lutter contre la corruption sous toutes ses formes en république Gabonaise.

Aussi, Emmanuel Marcos Zue a rappelé au camarade Wilfried Essingone, que Brice Paillat est le ministre des transports de la république Gabonaise, nommé par le Chef de l’état. C’est également ce même Chef de l’état qui s’est engagé dans une lutte acharnée contre la corruption active ou passive dans laquelle les agents publics comme ceux du CNEDDT semblent être visés en première ligne. En sollicitant du ministre des transports la protection, c’est demander à ce dernier de tourner le dos aux orientations fermes du Chef de l’état et de signer un chèque en blanc aux voleurs et à un groupuscule de contrebandiers qui portent le nom d’agents publics.

Dans cette affaire il ne s’agit pas de tous les agents du département, mais de cinq (5) agents du CNEDDT qui font l’objet d’auditions à la DGR. Et dont les forces de l’ordre reprocheraient peut-être des actes de fraudes.

Donc, si les agents auditionnés n’ont rien à se reprocher, il est évident que la justice les  mettra hors de cause après les auditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.