La COSYGA édifiée sur les failles de la constitution des pays francophone

0 155

A l’initiative du bureau national de la Confédération syndicale gabonaise (COSYGA), Edmond Okemvélé Nkogho a récemment animé une conférence de presse principalement axée sur les failles d’un régime francophone, le mercredi 22 septembre 2021 au siège de la Confédération Syndicale du Gabon.

Ancien président du Conseil économique, social et environnemental (CESE) du Gabon, Edmond Okemvélé Nkogho a abordé les questions relatives à la Constitution qui est une source de l’économie et du droit. Et qui constituent l’autopsie de la démocratie dans un Etat. Sept années durant, l’acteur de la Société civile gabonaise dit avoir fait des recherches à la chaîne, afin de trouver des solutions à une problématique plus que récurrente.

Le conférencier a dit faire dans la conscientisation qui est son cheval de bataille pour parvenir à un changement de modèle du régime politique qui est au dessus de tout, et qui est la solution pour régler tous les maux qui touchent le Gabon. A savoir : la mise en place d’un lobvying, les crises majeurs (politique, économique, militaire, etc.), l’élection présidentielle pour 2023.                               

D’après l’ancien Président du Conseil économique et social (CES) du Gabon, les difficultés vécues par le Gabon ne sont pas liées aux individus. C’est une question de régime politique qu’il faut, selon lui changer.                           

HeaderBanner

« Nous avons des hommes de bonne qualité, mais c’est le système qui empêche tout le monde, qui étouffe tout le monde à ne pas s’exprimer. C’est par cette conscientisation des gens et leurs prises de conscience qu’ils sont des hommes et qu’ils peuvent se battre contre les choses difficiles », a-t-il relevé.                              

A en croire Edmond Okemvélé Nkogho « tout est question de volonté, de croyance propre à ses capacités. Pour changer, il faut apporter la connaissance et conscientiser  les gens. Ce rôle de conscientiser les populations à été abandonner. C’est pour cela que je le fais », a-t-il fait savoir.       

En effet, Edmond Okemvélé indique que le régime  ne forme pas les hommes capables à affronter les difficultés, mais beaucoup plus les fonctionnaires, les diplômés, les théoriciens et pas des hommes pratiques qui peuvent combattre et surmonter les difficultés.

 La COSYGA par son Secrétaire Général Philippe Djoula, « cette rencontre fait suite à l’une des recommandations du Congrès ordinaire tenu en janvier 2019, sur la révision de la constitution aux autorités gabonaises, afin de remettre les choses en place. Nous avons un citoyen qui a une esquisse qui peut permettre à ce que nos autorités du pays puissent la prendre en compte et va être une matrice de la construction et l’élaboration de la construction de demain. Nous estimons et osons croire qu’avant 2023, le président de la République, qui nous suit, le gouvernement, les institutions, vont s’atteler à la révision immédiate de cette constitution », a-t-il conclu

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.