Les femmes leaders du Woleu-Ntem plus qu’édifiées par le chapitre national Gabon sur le leadership, les VBG et la lutte contre la covid-19

0 168

La vulgarisation du leadership des femmes dans les questions de gouvernance, du processus de paix et de sécurité, des communautés rurales, des jeunes femmes leaders, et l’accès des femmes au financement et la mobilisation sociale ne cesseront d’attirer l’attention de certains mouvements de concert avec la communauté internationale tel que le Réseau des Femmes Leaders Africaines (AWLN en anglais) de la section Gabon.

En effet, cette section dénommée chapitre nation Gabon, qui s’emploie en ce temps de confinement, à la mise en place d’un puissant réseau des femmes leaders sur le territoire national, vient d’organiser, du 10 au 12 mars 2021, dans la Ville d’Oyem des ateliers de formation à l’intention de la femme du Woleu-Ntem dans l’optique d’en débattre sur des violences multiformes confrontées et vulgariser le rôle de cette femme dans la lutte contre la pandémie à coronavirus qui continue de faire son dicta dans pays et dans le monde.

Rappelons que, ces rencontres qui se sont tenues à la Maison de la Femme d’Oyem, sous le respect du protocole sanitaire lié à la COVID-19 et placées sous la houlette de la Vénérable Sénatrice Honorine NZET BITEGHE, première responsable du bureau exécutif du chapitre national Gabon, ont été lancées par le Gouverneur de la province, Son Excellence Jules DJEKI avec la présence remarquée du Maire de la d’Oyem, Christian ABESSOLO MENGUEY dans la journée du 10 mars 2021 dernier.

HeaderBanner

Ainsi, au cours de ces assises qui ont enregistrés la participation d’une soixantaine de panélistes féminins, réparties en trois groupes, l’on aura également mentionner l’intervention des hommes. Tout d’abord, celle du Juge Félicien NDZANGA du Tribunal de première instance d’Oyem qui a pu apporter quelques lumières sur les notions de pension alimentaire, d’abandon de foyer passant par les cas de viols conjugaux et du phénomène de spoliation sur le regard bienveillant de la veuve Véronique NDEMA, présidente de l’association des veuves et orphelins du Gabon en abrégée AVOGAB.

Intervenant en second lieu, le Directeur Provincial des Affaires Sociales du Woleu-Ntem, Paul-André NDONG ABO a, quant à lui, éclairé sur les violences en milieu scolaire notamment du harcèlement sexuel avant de lancer un appel aux femmes et filles victimes de tels actes à s’orienter dans les centres sociaux pour une meilleure orientation des solutions idoines à ces vices.

Bien que les notions du leadership, des violences, de la pandémie COVID-19 ont été étayées par des arguments juridiques en la matière par la Vénérable Sénatrice mais les préoccupations récurrentes ont également été exploitées par les panélistes et qui n’ont cachés leurs sentiments de satisfaction à ces travaux. Ils ont, pour cette occasion, reconnus, une fois de plus, la trempe de la Vénérable Honorine NZET BITEGHE, aux cotés des plus hautes autorités du pays, dans la défense des droits de la femme et de la famille au Gabon et hors de ses frontières.

De ce fait, il s’avérait donc nécessaire de préciser, que les objectifs de cette formation ont atteint leurs cibles, à savoir, les woleu-ntémoises qui par ce biais n’ont pas manqués d’élaborer et de transmettre des recommandations qui seront portées sur la table des décideurs de la Nation dans les plus prochaines étapes de l’Agenda du Chapitre national Gabon. Il s’agit des résolutions portées sur des aspects d’inclusion de la femme au Gabon  afin de participer pleinement à la vie politique, socioéconomique et culturelle du pays, mais également de son autonomisation.

En outre, cette formation, qui s’est vue comme étant une plateforme interactive, a connue au sortir de cette journée de vendredi 12 mars, qui marquait la fin de ses travaux, l’Installation du point focal du Woleu-Ntem du chapitre national Gabon dont le choix a été porté sur l’une des figures connues du monde médiatique du pays, en la personne de Catherine ADA ZUE. Un choix approuvé par l’assistance du jour par des cris du terroir et des ovations.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.