Litiges foncier à Ntoum : Bras de fer entre les habitants de MEKONANAM et la Société GIMBTP Sarl

0 173

En dépit de la volonté du Chef de l’Etat, qui encourage les jeunes gabonais à entreprendre pour participer activement au développement de notre pays, à Ntoum les conflits fonciers en tous genres se sont multipliés : parcelle revendue plusieurs fois par un intermédiaire ou un propriétaire peu scrupuleux, blocage de la régularisation de la transaction par les populations ou autorités locales, entre autres. Surtout, les conflits opposant directement les autorités urbaines (via le ministère de la Planification et/ou l’État gabonais) et les citadins se sont multipliés. C’est du moins le cas à MEKONANAM dans le 1er arrondissement de la commune de Ntoum qui connaît depuis 2018, de vives tensions. À l’origine : un rocambolesque litige foncier opposant les clients sans scrupules de vendeurs illicites des SCI NTOUM IMMO et CITE MAWA à GIMBTP Sarl représentée par son Gérant Monsieur Lino Carlos BOUSSAMBA MABICKAS qui dispose de document légal, judiciaire et administratif l’autorisant à sommer ces clients floués par ces vendeurs illicites à libérer les lieux pour ceux qui sobstinent à sy installer sans l’accord de GIMBTP. Et cela en respect des lois et de toutes les procédures en la matière.

Sur la base du titre de propriété parcelle n°4/NT2 du plan cadastral de Ntoum n°19710 du 10 juillet 2015, Lino Carlos BOUSSAMBA MABICKAS, responsable de la Sarl GIMBTP se dit « peiné et meurtri que son nom soit traîné dans la boue et que les clients, et non les habitants de MEKONANAM, puisque le site est quasiment vierge, se manifestent par un non respect des décisions de justice à lencontre de leurs vendeurs, trouble et rébellion manifestement illicites. »

HeaderBanner

De l’avis du représentant du service du cadastre, la procédure pour l’affectation d’un titre foncier à GIMBTP n’a souffert d’aucune irrégularité. Mais du côté des clients des 2 SCI illicites de la superficie 2 229 722m² du projet de la Sarl GIMBTP il faut désormais construire sur les espaces vides pour empêcher leur exploitation par le chef d’entreprise. Les clients sont sur leur pied de guerre. Et les autorités vivement interpellées. Mais il faut respecter la loi.

Pour préserver la cohésion sociale, le chef de village demande aux habitants de se plier aux injonctions de la justice et des autorités administratives… mais des poches de résistance se font encore ressentir. Rien ne découragera Lino Carlos BOUSSAMBA MABICKAS, car force reste à la loi.

Affaire à suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.