Pétrole : Le Directeur Général des hydrocarbures dément les rumeurs distillées dans la presse faisant état d’une supposée incapacité de l’État à racheter Assala Energy

0 142

Le 31 décembre 2023, lors de son adresse à la nation, le président de la transition annonçait avec certitude le rachat de la compagnie pétrolière Assala Energy par l’État gabonais. Mais aujourd’hui, «une presse» alimenterait des rumeurs selon lesquelles l’État gabonais serait incapable de lever les fonds nécessaires au rachat de ladite compagnie. C’est fort de ces rumeurs compromettantes que le Directeur Général des hydrocarbures a fait illico presto un point de presse, ce mercredi 07 février courant, afin d’apporter un démenti.

Conscient de la force de persuasion des articles de presse au sein de l’opinion, le Directeur Général des hydrocarbures a tenu à mettre fin aux « rumeurs faisant état d’une prétendue incapacité de l’État à lever les fonds nécessaires à l’exercice de la préemption pour le rachat d’Assala tel qu’annoncé par le chef de l’État dans son discours à la nation ». Puis d’ajouter :« Il convient ici, dit-il, de tordre le cou à la rumeur ».

À toutes fins utiles, Ernest Ndong Nguema a procédé à un petit rappel relatif au processus de préemption tel que défini dans le code des hydrocarbures.

« La loi prévoit que dans le cas de transfert ou de cession de droit, l’État dispose de soixante (60) jours pour exercer son droit de préemption. Si l’État n’exerce pas son droit de préemption, l’opérateur national, c’est-à-dire la GOC, dispose à son tour de quarante-cinq (45) jours pour exercer son droit de préemption ».

HeaderBanner

Poursuivant son propos, il va affirmer ceci :« En l’état, la GOC a exercé son droit de préemption pour le rachat d’Assala le 25 novembre 2023. Les deux parties, c’est-à-dire le vendeur et la GOC, sont depuis lors engagées dans un processus de négociation, lequel doit aboutir à la signature d’un nouvel acte de cession. Lequel acte définira les échéances pour le règlement et le transfert effectif de l’actif », a-t-il précisé.

Par conséquent, les rumeurs ventilées par voie de presse seraient fausses.

« Concernant la capacité de l’État à lever les fonds à travers la GOC pour le rachat d’Assala, je voudrais encore ici rassurer l’opinion : nous disposons de plusieurs offres et mécanismes pour lever ces fonds. Notre attention se porte donc en ce moment sur l’assurance que nous sélectionnons la meilleure offre pour ce qui est des intérêts de l’état », a-t-il affirmé.

Pour taire définitivement les rumeurs, le Directeur Général des hydrocarbures a dit avoir le total contrôle sur le processus de rachat d‘Assala Energy.

« Donc en conclusion, je voudrais ici réaffirmer que ce n’est pas le vendeur qui décide de qui va acheter l’actif. Ce n’est pas non plus le vendeur qui contrôle le processus de cession de l’actif; c’est l’administration qui est au contrôle. Et le processus, je peux vous l’assurer, est totalement maitrisé », a conclu Ernest Ndong Nguema, Directeur Général des hydrocarbures.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.