Politique-Présidentielle 2023 : le clan Bongo en rang serré

0 165

Dans chaque famille ou groupe de personnes, certes, il y’a des divergences d’approche qui apparaissent parfois. Mais quand l’intérêt de la fratrie ou du plus grand nombre se trouve menacé, ces humeurs sont appelés à disparaître pour faire place à l’unité, à la cohésion et à la solidarité. A l’orée 2023, c’est ce que s’apprête à faire la descendance du défunt Président Omar Bongo Ondimba. Qui depuis la disparition du patriarche, Fidèle Andjoua Ondimba dont on commémore ce mois le premier anniversaire du décès aurait décidé de mettre de l’eau dans son vin dans le dessein de réaffirmer la légitimité d’Ali Bongo Ondimba ainsi que l’attachement de la famille à la personne du Président de la République dans la perspective des prochaines élections présidentielles.

Pour démontrer que malgré le port du patronyme dont ils sont tous victimes sur la toile et les réseaux sociaux, les membres du clan Bongo sont restés unis et soudé. Contrairement à ce qui a toujours été véhiculé par certaines opinions politiques. La descendance d’Omar Bongo Ondimba a donc entrepris un travail de cohésion en son sein et qui consiste au raffermissement pour préserver l’unité familiale à la veille d’un scrutin crucial. En effet, le clan Bongo pour affirmé son unité à su détecter à tous les niveaux les zones d’ombre qui ont quelques peut été la source de ses désaccords, indiquent des sources concordantes.

HeaderBanner

Le front naissant autour de la personne d’Ali Bongo Ondimba, fruit d’une profonde réflexion, devrait conforter le leadership familial du fils aîné d’Omar Bongo Ondimba au sein de la fratrie. Ce qui augure, bien sûr, la sérénité de l’unification du cercle familial présidentiel autour de la candidature, à la prochaine présidentielle, d’Ali Bongo Ondimba, au prochain scrutin présidentiel.

Qu’en sera-t-il donc de ces nombreux clans de « profitosituationnistes » qui ont voulu mettre à profit le « désaccord » des enfants Bongo, entre-eux, pour affirmer au grand leur prégnance sur le contrôle de l’appareil Étatique ? La question en vaut bien la peine. Car depuis quelques temps, on vit l’accaparement des pôles du pouvoir par des groupes de « prédateurs » qui ont installé à la tête de certaines strates de l’exécutif des hommes et des femmes de main pour leur allégeance. Si bien que les personnalités de premier plan que requiert la Constitution du pays, en tant que leviers de l’exécutif, se trouvent écarter de la gestion et du contrôle de l’action.

Le bon sens et la sagesse légués par Omar Bongo Ondimba et Fidèle Andjoua Ondimba à leur descendance ont finalement prévalu. Tous les regards sont désormais fixés vers Pascaline Mferry Bongo Ondimba, l’aînée de la fratrie, qui a toujours fait office de bonne samaritaine pour éviter une implosion afin que tout aille pour le meilleur.

Thierry Mocktar

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.