Politique/Rentrée solennelle de la Cour Constitutionnelle : Sous le signe du devoir de mémoire

0 191

Intense activité, ce Mercredi 3 mai 2023, au siège de la haute juridiction du Gabon à l’occasion de la double cérémonie de l’audience solennelle de rentrée de la Cour constitutionnelle et, en deuxième phase, de l’ouverture des travaux de la « Première rencontre des femmes africaines juges ». Une double cérémonie qui s’est déroulée en présence des hautes personnalités de la République. Notamment le président de la République, chef de l’État, Ali Bongo Ondimba, du Vice-président de la République Rose-Christiane Ossouka Raponda, le Premier ministre Alain-Claude Billie By Nzé et les membres de son gouvernement ainsi que les présidents des Corps constitués et les responsables du Corps diplomatique.

C’est la Présidente de l’institution qui a été la seule oratrice de circonstance. Occasion la mieux indiquée pour la Docteure Marie-Madeleine Mborantsuo de magnifier « le devoir de mémoire » de la promptitude du chef de l’État Ali Bongo Ondimba pour le démarrage prochain des travaux du projet de construction du mémorial « du président Omar Bongo Ondimba ». Dont le chantier va souligner la reconnaissance de la nation à l’égard de ceux de ses enfants qui ont contribué de manière exceptionnelle à l’édification de la nation gabonaise.

Revenant sur les élections à venir, qui sont à un moment particulier et constitue le moyen essentiel de la souveraineté du peuple, la Docteure Marie-Madeleine Mborantsuo a exhorté le peuple gabonais de porter le regard bien au-delà d’une échéance électorale car l’enjeu d’une élection dépasse largement le seul changement de titulaires de pouvoir politique.

La présidente de la Cour constitutionnelle a également, au nom de la haute juridiction, féliciter le président de la République pour avoir répondu favorablement à l’appel de ses compatriotes en convoquant « la Concertation politique » à laquelle ont pris une part active les acteurs politiques de la majorité et de l’opposition. Une rencontre dont l’objectif visé était sur l’organisation des futures élections aux lendemains apaisés, a débouché sur plusieurs réformes dont l’une des plus importantes reste l’harmonisation de la durée des mandats électoraux et des élus locaux naguère préconisé par la Cour constitutionnelle.

HeaderBanner

« Nous devons en permanence avoir à l’esprit, quelques soient les convictions politiques, qu’il ya toujours un intérêt supérieur qu’il faut à tout prix préserver. C’est notre bien commun le plus précieux, notre bien le plus cher : la paix », a rappeler Marie-Madeleine Mborantsuo.

C’est dans cet perspective que Paix, droits et libertés fondamentaux, démocratie et élections pluralistes, éléments indéfectiblement liés et totalement interdépendants ont constitués la trame de ce discours inaugural de rentrée solennelle.

S’agissant du principe de la République, la Docteure Marie-Madeleine Mborantsuo a livrée quelques enseignements. Lesquelles portent sur « des millions d’hommes qui sauront tracer eux-mêmes la règle commune de leur action ; qu’ils sauront concilier la liberté et la loi, le mouvement et l’ordre ; qu’ils sauront se combattre sans se déchirer ; que leurs divisions n’iront pas jusqu’à une fureur chronique », a-t-elle conclue.

Thierry Mocktar (CC)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.