Sport/Boxe : les ligues provinciales désavouent le président de la Fegaboxe.

0 67

Véritable effet de boomerang qui se produit actuellement dans le monde du noble art gabonais.
Alors qu’il semblait s’accrocher aux ligues pour vouloir se maintenir maladroitement à la présidence de la fédération gabonaise de boxe (Fegaboxe) que ce qui était jusque là ses supports ont décidé de le vomir simplement.

En effet, dans une correspondance datant du 20 décembre 2021 dernier et déposé sur la table du ministre des sports le 12 janvier 2022, l’ensemble des ligues provinciales de boxe excepté celles de l’estuaire et de l’Ogooué Maritime ont renié officiellement Olivier Moussavou dont l’élection fut frauduleuse le 24 avril 2021.

Les ligues de la Nyanga, la Ngounié, du Haut-Ogooué,  de l’Ogooué-Lolo,  du Woleu Ntem, et du Moyen-Ogooué, soit 6 grands délégués disent ne plus reconnaître Olivier Moussavou comme tel.
Pour éviter que les instances internationales ne sanctionnent le Gabon comme la CAB et lAIBA le menaçaient, ces ligues exigent même de la tutelle l’organisation d’une assemblée générale élective dans un délai raisonnable peut-on lire dans un courrier officiel estampillé des signatures des présidents.

HeaderBanner

On reproche à Olivier Moussavou, le non-respect des textes standards qui guident la boxe internationale ; l’absence de sa démission au préalable à son poste de président de la ligue de l’estuaire ; Absence dune campagne électorale ; La non publication des candidats retenus par la commission électorale et l’organisation de l’élection dans un cadre privé sont entre autres griefs qui sont reprochés et qui troublent même le sommeil de celui qui n’est plus loin de la porte de sortie.

Ayant eu vent de ces dissensions depuis son élection abracadabrantesque, Olivier Moussavou et son bureau ont plutôt brillé à vouloir défier l’instance faîtière en tordant les textes juridiques au profit d’une hypothétique souveraineté sportive nationale.
Maintenant que les délégués Nzatsi de la Nyanga, Jonas Moussavou de la Ngounié,  Clément Tsamounou Mounanga dit Ebozo du Haut-Ogooué,  Joseph de l’Ogooué-Lolo, Sylvestre du Woleu Ntem et celui du Moyen-Ogooué lui ont retiré leur confiance, on se demande alors sur qui le président mal élu de la Fegaboxe va t’il s’appuyer. Car à y regarder de près, le ring semble actuellement se retourner contre lui avec de tels Uppercuts.  A suivre.

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.