Trésor public/Archarnement sur Yann-Franck Koubdgé : les brebis sortent du bois

0 368

Le Gabon a ceci de particulier qu’il est l’un des pays au monde où « l’atypisme » réside de ce que l’on refuse de soutenir ou féliciter celui qui œuvre plus pour l’intérêt général. Préférant apporter une caution morale ou de la confiance à de viles ou loufoques personnages. Ce qui fait parfois dire que ces « bosseurs » se trouvent être victimes de cabales de médisances ou acharnement à travers certains médias et entre les mains d’activistes, généralement, proches d’une certaine opinion politique radicale. D’où la raison de l’invective, l’instrumentalisation à outrance, la désinformation, la diffamation… se trouvent instaurer en mode éditoriale au détriment de la vérité. Des intrigues à des fins « malintentionnés » attribués, parfois, à de paisibles citoyens, juste à des fins de nuisance. Et pour semer le doute et la confusion entre les principaux soutiens du Président de la  République, Ali Bongo Ondimba dans la province du Haut-Ogooué.  

      

Des pratiques mafieuses qui consistent à vouloir hypothéquer l’action politique du chef de l’État. Qui, méthodique, a bien voulu confié la responsabilité de la gestion de certaines administrations jugées stratégiques à une nouvelle génération de managers dans l’intérêt du pays. Des soldats au service de l’émergence du Gabon. C’est le cas, notamment, avec Yann-Franck Koubdgé. Qui fait office de victime de ces gangs financiers.                           

HeaderBanner

Le Directeur général de la comptabilité publique et du Trésor aurait ainsi commis le crime de fermer le robinet auxquels certains faucons financiers du pays allaient puiser allègrement au détriment du contribuable. Apres avoir été sorties des Abbayes de fortunes. Le train de vie ostatentoire qu’ils affichent aujourd’hui tout en ignorant leur bienfaiteurs d’hier. Surtout que la mise à nu des méfaits financiers des uns par les task forces des services de la présidence de la République, conjointement avec les administrations de la Direction générale du budget et des finances publiques (DGBFIP), de la Direction générale de la comptabilité publique et du trésor (DGCPT) a été l’occasion…          

« Tout ce que l’on reproche aujourd’hui à Yann-Franck Koubdgé n’est autres que des élucubrations mensongères. Il n’ya que celui qui a été a la tête de cette  administration pour connaitre son fonctionnement. Le payeur général ne peut donc pas bloquer des dossier. Dans le cas contraires, c’est qu’il y’a un autre problème. Soit le dossier a été mam ficelé, soit c’est un problème de financement qui nécessite un contrôle et vérification« , à indiqué un agent public de l’État sous le sceau de l’anonymat.                 

En effet lors de sa prise de fonction en juin 2019, Yann-Franck Koubdgé avait laissé entendre ses objectifs, « Notre action à la tête de cette entité doit résolument s’inscrire dans la recherche de l’excellence qui est en étroite ligne de la politique de l’émergence du Gabon, conformément à la vision du Président de la République et aux engagements de de son gouvernement… l’objectif de ma mission est effectivement d’apporter à cette administration toutes  les compétences et stratégies nécessaires pour l’amélioration de ses conditions de gouvernance et de ses prestations « . Autrement dit, Yann-Franck Koubdgé est un homme engagé dans l’action. Ce nest donc pas par des turpitudes qu’il se détournera de cette mission.

Thierry Mocktar

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.